•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fièvre Ebola : après la Guinée, le Liberia

Un malade est traité par du personnel médical en combinaison dans un village du Congo. (archives)

Un malade est traité par du personnel médical en combinaison dans un village du Congo. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Pascale Zintzen

Radio-Canada

La fièvre hémorragique meurtrière, provoquée notamment par le virus Ebola, est signalée au Liberia après avoir tué une soixantaine de personnes en Guinée voisine depuis janvier.

Monrovia fait état de six cas suspects d'Ebola, dont cinq mortels, détectés lundi au Liberia.

Jusqu'à ce matin, six cas ont été détectés, dont cinq sont déjà morts : quatre femmes et un enfant de sexe masculin.

Walter Gwenigale , ministre libérien de la Santé

M. Gwenigale précise que le sixième cas est une petite fille, actuellement traitée par les médecins.

Les autorités indiquent que les personnes frappées par le virus sont venues du sud de la Guinée pour être soignées dans des hôpitaux du nord du Liberia.

Selon l’OMS, la Guinée a enregistré du mois de janvier au 23 mars un nombre total de 87 cas suspects de fièvre hémorragique virale, dont 61 décès.

Ebola en Afrique de 1976 à 2012

Inquiétudes et mobilisation

La réapparition de ce virus en Afrique de l'Ouest pour la première fois depuis 20 ans et contre lequel aucun vaccin ni traitement n’existent inquiète sérieusement les autorités. Seules des mesures préventives peuvent empêcher la propagation de la maladie.

Au Liberia, on craint que la Guinée, un pays très pauvre, ne puisse faire face à cette éclosion de nouveaux cas du virus, un des plus virulents, et dont le taux de mortalité atteint les 90 %.

Des experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sont déjà sur les lieux pour prêter main-forte aux autorités locales de la Guinée et distribuer des trousses d'hygiène et de protection individuelle dans les zones touchées.

Des spécialistes des instituts Pasteur de Dakar et de Lyon sont aussi attendus en Guinée.

Les autorités des pays voisins, comme la Sierra Leone et le Liberia, sont sur leurs gardes. Le Sénégal et la Côte d'Ivoire ont pour leur part réactivé leur système de surveillance épidémiologique.

Avis aux voyageurs canadiens

L'Agence de la santé publique du Canada émet une série de recommandations dont celle d'évitez d'entrer en contact direct avec le sang ou les liquides corporels des personnes atteintes de la fièvre hémorragique Ébola ou d'une maladie inconnue.

Cette nouvelle survient au moment où l'OMS dément la recension d'un cas au Canada.

Le virus Ebola, qui tire son nom d'une rivière du nord de la République démocratique du Congo où il a été repéré pour la première fois en 1976, provoque des « fièvres hémorragiques ». Il figure parmi les plus contagieux et mortels chez l'homme, selon l'OMS. Depuis, il a provoqué la mort d'au moins 1200 personnes pour 1850 cas avérés.

International