•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Égypte : début d’un important procès contre les pro-Morsi

Des partisans du président déchu Mohamed Morsi manifestent en Égypte, le 21 mars 2014.

Des partisans du président déchu Mohamed Morsi manifestent en Égypte.

Photo : Al Youm Al Saabi / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 1200 partisans de l'ancien président égyptien Mohamed Morsi comparaissent à partir de samedi au cours du plus important procès à se tenir depuis la répression sanglante de juillet dernier.

De nombreux dirigeants des Frères musulmans figurent parmi les coaccusés dans cette affaire, dont le Guide suprême Mohammed Badie.

De nombreux procès d'islamistes ont été ouverts depuis la destitution de Mohamed Morsi (Nouvelle fenêtre) le 3 juillet dernier. Mais c'est la première fois qu'autant de personnes sont jugées dans une seule affaire.

Vu le grand nombre d'accusés, les comparutions se déroulent en deux vagues. La première audience a été ouverte samedi à 250 kilomètres au sud du Caire, avant d'être aussitôt ajournée, puisque le juge Saïd Youssef a accusé les avocats de la défense de perturber la séance. Un jugement sera rendu lundi.

Un peu plus d'une centaine d'accusés étaient présents. Les autres ont été relâchés ou libérés sous caution. Certains sont en fuite.

Les accusés doivent répondre des violences qui ont causé la mort de deux policiers et d'attaques contre des biens publics et privés. Les évènements sont survenus pendant que l'armée dispersait des rassemblements islamistes au Caire, en août dernier.

La répression qui a suivi la destitution du président Morsi a fait au moins 1400 morts, selon Amnistie Internationale. Les partisans de M. Morsi manifestent régulièrement pour réclamer son retour au pouvoir. Les manifestations dégénèrent souvent en affrontement avec les policiers.

La confrérie des Frères musulmans a été classée groupe « terroriste » par les autorités après un attentat revendiqué par un mouvement djihadiste.ç

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !