•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Duchesneau sort de l'ombre pour s'attaquer au PQ

Jacques Duchesneau (archives)

Jacques Duchesneau (archives)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Dans sa première entrevue depuis le début de la campagne, l'ex-député de la CAQ Jacques Duchesneau laisse entendre que Pauline Marois a déclenché des élections, notamment, pour éviter que le Parti québécois soit éclaboussé par la commission Charbonneau. 

L'ancien chef de l'Unité anticollusion se dit convaincu que des informations auraient pu nuire au PQ si la commission n'avait pas été suspendue. « Qu'est-ce qui vous fait croire ça? », lui demande alors Radio-Canada. « Des témoignages qui ont été entendus, répond-il. Il y a des gens qui l'ont dit. Dites-moi, pourquoi les témoignages qui sont venus parler de gens du Parti québécois ont été occultés très rapidement? »

Selon lui, les mesures adoptées pour combattre la collusion sont de « la poudre aux yeux », puisque les entreprises délinquantes continuent de recevoir des contrats. 

Le PLQ a changé

Jacques Duchneseau veut qu'on cesse de blâmer seulement le Parti libéral du Québec. « C'est toujours de la faute des libéraux que j'ai entendu pendant 18 mois. Est-ce qu'on peut changer de disque? dit-il. Le PLQ, je les ai montrés du doigt, et je l'ai fait par acquit de conscience, mais ils ont changé. C'est toujours facile de pointer les autres pour éviter qu'on mette les projecteurs sur nous. »

Quel avenir de la CAQ?

M. Duchesneau croit encore en la CAQ, mais ajoute que le parti doit se demander pourquoi il peine à rejoindre les électeurs. « Peut-être qu'on a une introspection à faire sur pourquoi notre message que tout le monde trouve très bon ne passe pas », dit-il. 

Réagissant à ses propos, le chef François Legault a estimé que c'était « toujours un défi de faire passer [son] message dans une élection qui a malheureusement pris un virage référendaire ». Mais il travaille, dit-il, à ramener la campagne sur « les vrais enjeux : les contribuables son trop taxés, étouffés ». 

M. Duchesneau, qui brillait par son absence depuis le déclenchement du scrutin (Nouvelle fenêtre), fera campagne ces prochains jours avec le candidat caquiste dans Saint-Jérôme, Patrice Charbonneau, qui affronte le candidat-vedette du PQ, Pierre Karl Péladeau. Il a expliqué avoir entendu à la mi-campagne pour le soutenir, afin de ne pas lui faire de l'ombre. Il prévoit également donner un coup de main à ses collègues de Boucherville et de Québec.

Écoutez un extrait de l'entrevue réalisée par Francis Labbé :

Pour l'écoutez sur votre appareil mobile, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

Politique