•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Crimée entre officiellement dans la Fédération de Russie

Le présdient russe Vladimir Poutine signe le traité de rattachement de la Crimée à la Russie ainsi que la loi créant deux nouvelles entités administratives russes, la Crimée et la ville portuaire de Sébastopol.

Le présdient russe Vladimir Poutine signe le traité de rattachement de la Crimée à la Russie ainsi que la loi créant deux nouvelles entités administratives russes, la Crimée et la ville portuaire de Sébastopol.

Photo : RIA Novosti / Reuters

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président russe, Vladimir Poutine, a signé vendredi les lois qui consacrent l'intégration de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Fédération russe.

La signature s'est déroulée lors d'une cérémonie officielle au Kremlin, retransmise en direct à la télévision. Le président russe y a notamment signé la loi sur la ratification du traité de rattachement de la Crimée à la Russie ainsi que la loi créant deux nouvelles entités administratives russes, la Crimée et la ville portuaire de Sébastopol.

Plus tôt, les 155 sénateurs du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe, ont approuvé à l'unanimité et ratifié le traité sur le rattachement de la Crimée à la Russie.

Nous sommes non des témoins, mais des acteurs des événements historiques survenus ces derniers jours et nous avons rempli notre mission historique avec dignité, sens des responsabilités et patriotisme.

Une citation de :Valentina Matvienko, la présidente du Conseil de la Fédération

Jeudi, les membres de la Douma, la chambre basse du Parlement, ont également adopté le traité.

La ratification du traité de rattachement de la Crimée par les deux chambres du Parlement russe était considérée comme une formalité après que le Kremlin eut indiqué mardi que le texte entrait en vigueur immédiatement.

Cette intégration de la Crimée au territoire russe survient à peine cinq jours après la tenue d'un référendum controversé en Crimée où près de 97 % des électeurs se sont prononcés en faveur d'un rattachement à la Russie.

Des observateurs en Ukraine

La Russie a accepté vendredi que l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) envoie une mission d'observation en Ukraine. Moscou hésitait à approuver l'envoi d'observateurs, qui ne devraient cependant pas avoir accès à la Crimée, maintenant annexée par la Russie.

« Nous pensons fortement qu'il pourrait s'agir du premier pas important vers la baisse de la tension dans cette région », a déclaré le représentant russe à l'OSCE, Andreï Kelin.

L'Union européenne s'ouvre à l'Ukraine

Le premier ministre par intérim de l'Ukraine, Arseni Iatseniouk (droite), discute avec ses homologues britannique et suédois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le premier ministre par intérim de l'Ukraine, Arseni Iatseniouk (droite), discute avec ses homologues britannique et suédois.

Photo : POOL New / Reuters

Pendant ce temps, à Bruxelles, l'Union européenne et l'Ukraine signaient le volet politique d'un accord d'association.

Ce texte vise à lier politiquement l'Europe et l'Ukraine, dont les relations avec la Russie se sont grandement détériorées ces derniers mois.

« C'est une journée historique pour mon pays et je suis convaincu que c'est une journée historique pour l'Union européenne tout entière », a déclaré le premier ministre ukrainien par intérim, Arseni Iatseniouk.

« Nous voulons faire partie de la famille européenne et c'est une première étape pour que l'Ukraine parvienne à son but ultime, une adhésion pleine et entière [ à l'Union européenne] », a ajouté le premier ministre Iatseniouk.

Plusieurs observateurs estiment cependant que l'intégration de l'Ukraine à l'Union européenne n'est pas encore à l'ordre du jour de Bruxelles. 

Le chef du gouvernement ukrainien a aussi salué la suppression des droits de douane européens pour les produits ukrainiens. Cette mesure est destinée à donner un coup de main aux entreprises ukrainiennes, qui voient s'ouvrir devant elle un marché de 500 millions de consommateurs européens.

Stephen Harper à Kiev

Le premier ministre du Canada Stephen Harper est attendu dans la capitale de l'Ukraine demain. L'appui du Canada est accueilli favorablement par les Ukrainiens, qui craignent une attaque militaire de la part de la Russie. D'ailleurs, ils s'inquiètent de la situation économique vacillante du pays. Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a annoncé vendredi que l'Ukraine lui devait 16 milliards de dollars, un montant qu'elle ne peut rembourser actuellement. Le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU), Ban Ki-Moon qui était présent à Kiev vendredi, a affirmé qu'il espère toujours que les deux parties discutent à la même table.

Avec les informations d'Alexandra Szacka

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !