•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des agriculteurs au Nouveau-Brunswick misent sur la coopération

Ferme

La relance de l'agriculture repose une meilleure collaboration des intervenants, selon les membres de l'Union nationale des fermiers qui se sont réunis à Gagetown en fin de semaine.

Les fermes familiales qui faisaient davantage partie du paysage néo-brunswickois autrefois disparaissent. France St-Amand a vu cette transformation. « Ce n'est plus comme c'était dans le rang où je demeure. Dans un mile, il y avait à peu près dix familles de fermiers. Là, il y a juste une compagnie et Cavendish a acheté ça », dit-elle.

Aujourd'hui, les petits producteurs se battent contre de grandes entreprises établies et plus lucratives.

Le président de l'Union nationale des fermiers au Nouveau-Brunswick, Jean-Eudes Chiasson, croit que tous doivent unir leurs forces.

La coopération entre les producteurs doit revenir. Sans coopération, l'agriculture est morte.

Jean-Eudes Chiasso, Union nationale des fermiers

Ensemble, les intervenants espèrent convaincre le gouvernement d'investir dans leur secteur pour augmenter les revenus des petits producteurs. « Au Nouveau-Brunswick, on doit augmenter le budget de l'agriculture. C'est catégorique », souligne M. Chiasson.

« C'est toujours une question : es-tu pour ou contre les McCain d'un côté, ou pour ou contre les petits agriculteurs de l'autre côté? Donc, c'est une question difficile, mais on a besoin de répondre aux questions difficiles », affirme le chef du Nouveau Parti démocratique du Nouveau-Brunswick, Dominic Cardy.

Les fermiers doivent aussi collaborer entre eux pour attirer l'attention des consommateurs, et leur faire comprendre qu'ils peuvent eux aussi aider les petits producteurs en achetant des produits locaux.

Acadie

Agro-industrie