•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Ukrainiens de Winnipeg préoccupés par les résultats du référendum en Crimée

Olexander Chevchenko est inquiet de l'évolution de la situation en Crimée. Il affirme qu'il pourrait quitter le Canada pour rejoindre les forces armées ukrainiennes.

Olexander Chevchenko est inquiet de l'évolution de la situation en Crimée. Il affirme qu'il pourrait quitter le Canada pour rejoindre les forces armées ukrainiennes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les membres de la communauté ukrainienne de Winnipeg ont exprimé dimanche leurs appréhensions à la suite des résultats préliminaires du référendum dans lequel 95 % des électeurs se seraient prononcés en faveur du rattachement de la Crimée à la Russie.

Selon Nadya Fedoriv, originaire de Crimée, ce référendum était illégal. « Je ne suis pas prête à laisser aller cette terre que je considère être ma maison », précise-t-elle.

Environ 1,5 million d'habitants de la Crimée étaient invités à voter sur l'avenir de leur région, le 16 mars 2014.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ 1,5 million d'habitants de la Crimée étaient invités à voter sur l'avenir de leur région.

Photo : Sergei Karpukhin / Reuters

Pour Olexander Chevchenko, établi à Winnipeg depuis 2006, ce référendum est « injuste et anormal ».

Il ajoute que des miliciens pro-Russes se trouvent actuellement dans la péninsule. Il est tellement préoccupé par la situation qu'il pense même quitter sa terre d'accueil pour joindre les forces armées ukrainiennes.

« Je sais que je n'ai pas beaucoup d'expérience militaire, mais je pourrais faire quand même quelque chose pour la défense de l'Ukraine. »

L'ombre de la guerre qui plane sur la Crimée fait également craindre le pire à Denys Volkov.

« C'est une situation terrible. Chaque jour, au réveil, je regarde les nouvelles pour voir si une guerre a été déclarée ou encore s'il y a des conflits armés », dit-il.

En attendant le décompte final des votes prévu d'ici deux jours, les membres de la communauté ukrainienne du Manitoba suivent les nouvelles avec inquiétude.

Ailleurs au pays, des manifestants ont aussi protesté contre le référendum en Crimée. Des manifestations ont notamment eu lieu à Vancouver, à Calgary, à Ottawa et à Toronto.

Quant à la communauté internationale, elle a rejeté les résultats du référendum. Les ripostes et réactions des dirigeants internationaux fusent de toute part.

Drapeau ukrainien hissé à Edmonton

La première ministre Alison Redford a souligné l'appui de sa province au peuple ukrainien en hissant leur drapeau devant l'édifice de l'Assemblée législative à Edmonton.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La première ministre Alison Redford a souligné l'appui de sa province au peuple ukrainien en hissant leur drapeau devant l'édifice de l'Assemblée législative à Edmonton.

Photo : Gouvernement de l'Alberta

Par ailleurs, la première ministre de l'Alberta Alison Redford a annoncé dimanche que le drapeau de l'Ukraine sera hissé devant l'édifice de l'Assemblée législative cette semaine en solidarité avec le peuple ukrainien.

« La violence en cours en Ukraine préoccupe les Albertains alors que nous continuons à espérer une résolution pacifique du conflit. Nous continuons à nous opposer à l'escalade des menaces contre la démocratie en Ukraine ainsi que la liberté et la sécurité de son peuple », a déclaré la première ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !