ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aller au menu principalAller au contenu principalAller au pied de page
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CAQ montre ses muscles

Le chef de la CAQ, François Legault, le dimanche 16 mars, à Repentigny
Le chef de la CAQ, François Legault, le dimanche 16 mars, à Repentigny

Quelques centaines de membres de la Coalition avenir Québec se sont réunis dimanche à Repentigny dans le cadre d'une démonstration de force visant à prouver que, malgré des sondages décevants, leur parti n'a pas dit son dernier mot en vue des élections du 7 avril.

Un texte de Jérôme LabbéTwitterCourriel

Il s'agissait d'un premier rassemblement d'importance pour la CAQ depuis le début de la campagne électorale, la caravane caquiste n'ayant été reçue que par une poignée de militants lors de ses arrêts des 12 derniers jours.

Selon le parti, 700 personnes se sont déplacées à Repentigny dimanche.

La présidente du parti, Maud Cohen - qui ne sera pas candidate cette année - a été la première à prendre la parole, rappelant qu'à l'instar des Canadiens de Montréal, qui ont rattrapé un retard de 4-1 samedi soir alors qu'il restait moins de quatre minutes à jouer, la CAQ pouvait toujours se relever et rattraper son retard sur le PQ et le PLQ dans les intentions de vote.

L'ensemble des candidats présents, plus d'une centaine, ont été présentés aux militants par la suite.

Quant au chef François Legault, qui a reconnu samedi que son parti avait une pente à remonter, il a été accueilli en héros par ses troupes. Une fois sur scène, il a promis de « revoir une par une toutes les annonces de Mme Marois », en particulier « celles qui ont été faites au cours des six derniers mois », et s'est engagé à « annuler tout ce qui n'est pas prioritaire ».

Mme Marois a agi de manière irresponsable; on va réparer ce gâchis.

François Legault, chef de la CAQ

Interrogé par la presse après son discours, le chef caquiste a précisé que le projet de cimenterie à Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie, faisait partie des annonces qui seraient annulées.

« Le gouvernement investit 450 millions dans une cimenterie pour créer 400 emplois; ça veut dire plus d'un million de dollars par emploi, a-t-il souligné. Moi, je trouve que ça n'a aucun bon sens. »

Est-ce à dire qu'il serait prêt à assumer les risques de poursuites liés à l'abandon de certains projets pour lesquels des sommes ont déjà été promises? « Évidemment, dans les cas où c'est impossible, où il y a signature du gouvernement, on peut voir s'il n'y a pas un règlement à l'amiable à faire, s'il y a une pénalité qu'on peut payer... », suggère-t-il.

Une région convoitée

L'emplacement de ce rassemblement n'avait pas été choisi au hasard, la banlieue nord de Montréal ayant accordé quatre sièges à la CAQ en 2012. Le chef caquiste François Legault tentera d'ailleurs de se faire réélire dans la circonscription de L'Assomption cette année. L'ex-député bloquiste Pierre Paquette se présente contre lui pour le Parti québécois.

Repentigny était représenté par le député péquiste Scott MacKay au cours de la dernière législature. Élu par une majorité de 1200 voix en septembre 2012, il affrontera cette année la candidate caquiste Lise Lavallée.

La CAQ devra également batailler fort pour conserver les circonscriptions de Groulx, de Blainville et de Saint-Jérôme, où le PQ présente de grosses pointures : l'ancienne présidente de la FEUQ Martine Desjardins (Groulx), l'ex-présidente de l'Ordre des infirmières Gyslaine Desrosiers (Blainville) et le magnat de la presse Pierre Karl Péladeau (Saint-Jérôme).

Politique