•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Remplacement des CF-18 : Dassault prêt à assembler le Rafale au Canada

    Le reportage de Marc Godbout
    Radio-Canada

    Le groupe français Dassault, constructeur de l'avion de chasse Rafale, confirme qu'il est prêt à faire l'assemblage final de son appareil au Canada, si Ottawa choisit ce modèle pour remplacer la flotte des vieux CF-18 des Forces canadiennes.

    Un texte de Marc Godbout Courriel 

    Dans une entrevue exclusive à Radio-Canada, le vice-président principal de Dassault aviation, Yves Robins, soutient que le Rafale peut rivaliser avec le F-35 de Lockheed Martin. 

    Au moment où Ottawa tarde à prendre une décision finale sur le genre d'appareil dont il équipera sa force aérienne, Dassault Aviation demande la tenue d'une compétition ouverte et promet des retombées économiques supérieures à ce que laissent miroiter ses concurrents américains Lockheed Martin et Boeing.

    Yves Robins, vice-président principal de Dassault AviationYves Robins, vice-président principal de Dassault Aviation Photo : Radio-Canada

    « Nous proposons de transférer l'intégrité de l'entretien, de la maintenance, de la modernisation de l'avion ici au Canada auprès des industries canadiennes, avec les droits de propriétés intellectuelles et tous les transferts de technologie pour lesquels nous avons l'autorisation du gouvernement français, sans aucune restriction », précise Yves Robins.

    Le transfert des technologies et des propriétés intellectuelles permet la création d'emplois de haut niveau et favorise le développement de très haute technologie. Dassault veut ainsi damer le pion à son concurrent américain Lockeed Martin.

    Le fabricant du F-35 répète de son côté que plus de 70 entreprises canadiennes participent déjà à sa conception et à sa construction. Le géant se garde toutefois un droit sur l'entretien et les propriétés intellectuelles de son appareil.

    Non seulement nous sommes prêts à transférer l'assemblage final de l'avion ici, au Canada, mais nous sommes également prêts à associer l'industrie aéronautique canadienne à la production de certains éléments de cet
    avion.

    Yves Robins, vice-président principal, Dassault Aviation
    L'assemblage d'un avion Rafale de Dassault AviationL'assemblage d'un avion Rafale de Dassault Aviation Photo : Dassault Aviation

    Le mois dernier, en réponse aux dérapages de ses projets d'acquisitions militaires, dont celui du F-35, le gouvernement fédéral annonçait une nouvelle stratégie d'approvisionnement et insistait sur la nécessité d'optimiser les retombées économiques des futurs achats.

    « Dorénavant, nous tirerons profit de nos investissements en vue de créer des emplois bien rémunérés et hautement spécialisés ici, au Canada », avait déclaré le 5 février dernier Diane Finley, ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux.

    Les critiques vives portant sur la décision du gouvernement d'opter pour le F-35 sans appel d'offres et l'augmentation des coûts ont forcé les conservateurs à lancer un nouveau processus pour examiner toutes les options sur le marché, du F-35 jusqu'au Rafale.

    Mais un an et trois mois plus tard, le gouvernement conservateur reste discret sur ses intentions.

    Le groupe français Dassault, qui veut forcer le jeu, maintient que son avion multirôle répond aux attentes actuelles et à venir du Canada. « Nous pensons qu'il est indispensable d'ouvrir cette compétition de manière à ce que chacun des concurrents puisse faire la meilleure proposition, la plus compétitive et la plus avantageuse pour le Canada », estime Yves Robins.

    L'avionneur, qui est en campagne de séduction, n'a toujours pas réussi à sceller la vente du Rafale à l'extérieur de la France.

    En février 2012, il a remporté l'appel d'offres de l'Inde qui veut acquérir 126 appareils, mais les négociations qui doivent mener à la signature du contrat final sont toujours en cours.

    Économie