•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cégep de Matane : les revers d'un succès

Mathieu Bélanger s'est établi à Weyburn dans l'espoir de décrocher une bourse d'études aux États-Unis.

Radio-Canada

Le cégep de Matane, un des plus petits, sinon le plus petit de la province, est à la recherche de logements.

Le cégep vient en effet d'enregistrer une hausse de 17 % du nombre de demandes d'admission pour septembre prochain.

Les programmes comme Techniques de photographie, de multimédia ou de programmation 3D attirent maintenant des étudiants de partout dans le monde. Étudiant à Matane, Damien Araboux est originaire de l'île de la Réunion. C'est la qualité de l'enseignement qui l'a attiré jusqu'à Matane. « C'est quand même réputé, dit-il, et ça a traversé les océans pour arriver jusqu'à la Réunion justement. »

Ce succès est le résultat d'années de démarchages auprès des clientèles internationales et aussi d'années à développer des programmes uniques qui peuvent attirer une nouvelle clientèle dans la région. « C'est un beau problème, admet le directeur général du Cégep de Matane, Émery Béland, mais si rien n'est fait le cégep pourrait perdre de 60 à 80 nouveaux étudiants. »

Ce dernier ajoute que si on ne trouve pas à les loger, ce sera en partie un échec pour le milieu. « Du côté du cégep, on a tout fait pour pouvoir remplir le cégep pour pouvoir y donner une pérennité à ce cégep-là », indique le DG.

Le Cégep a demandé l'aide de la Ville et de la population. Un promoteur songe à en construire des logements. Deux résidences pour étudiants ont été construites à proximité du cégep au cours des dernières années, mais il en faudra plus selon le directeur du cégep. « On ne peut pas construire une nouvelle résidence chaque année », commente M. Béland.

La Ville s'engage à tout faire pour que des projets d'immeubles à logements avancent rapidement. Le maire Jérôme Landry admet tout de même que les moyens de la Ville sont limités. « Pour le moment, vraiment, je pense que c'est le rôle des promoteurs, des propriétaires d'édifices à logement, à développer de nouvelles unités de logements », indique M. Landry.

La direction du Cégep souligne que ces jeunes, qui viennent à Matane pour étudier, vont vivre et dépenser dans la région pour les trois prochaines années. Le Cégep estime que chaque étudiant étranger laisse durant son séjour jusqu'à 25 000 $ dollars en retombées. « C'est aussi une richesse intéressante de pouvoir accueillir des gens d'autres pays », fait valoir Émery Béland.
Le cégep croit donc que la région doit aussi contribuer et aider à accueillir ces nouveaux venus. Des 675 étudiants du cégep de Matane, 80 % proviennent de l'extérieur de la région immédiate de Matane.

Ailleurs dans l'Est du Québec

- La clientèle internationale et de l'extérieure de la région est aussi au rendez-vous dans d'autres cégeps de l'Est du Québec. Ainsi à Sept-Îles, le nombre d'inscriptions pour l'automne prochain a fait un bond de 10 %.

- Le Cégep de la Gaspésie-Les Îles doit pallier cette année une baisse régionale de plus de 160 étudiants de la cohorte de cinquième secondaire. Le directeur des études du Cégep de la Gaspésie-Les Îles, Louis Bujold, croit que la clientèle des autres régions et les étudiants internationaux permettront de maintenir et de stabiliser le nombre d'étudiants, malgré cette diminution de la clientèle régionale.

Est du Québec

Société