•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La candidature de Péladeau choque le milieu syndical

Le reportage de Véronique Dubé

Le coordonnateur de la FTQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jean-Marc Crevier, remet en question son appui au Parti québécois depuis l'annonce de la candidature de Pierre-Karl Péladeau dans la circonscription de Saint-Jérôme.

Selon M. Crevier, le passé antisyndical de l'ancien chef de la direction du Groupe Québecor est de mauvais augure pour le Parti québécois.

Le représentant régional de la FTQ s'interroge aussi sur l'attitude des chefs de partis qui sont prêts à tout pour attirer des électeurs, quitte à renier leurs principes.

« J'ai pensé tout de suite à René Lévesque, dit-il. J'ai dit qu'il était en train de se virer dans sa tombe certain parce que ça a toujours été un premier ministre qui se disait plus favorable, qui avait un penchant plus favorable pour les travailleurs.

« Moi, je n'en reviens pas. J'ai toujours été fidèle à ce parti-là, je n'ai jamais voté contre ce parti-là depuis 1976 et cette année, c'est sûr que je me remets en question sur mon allégeance à ce Parti québécois là », ajoute Jean-Marc Crevier.

La position du coordonnateur régional de la FTQ a fait réagir le candidat du Parti québécois dans la circonscription de Jonquière, Sylvain Gaudreault. Celui-ci s'est présenté au bureau de M. Crevier, mardi, pour discuter avec lui.

Sylvain Gaudreault dit avoir parlé des enjeux touchant l'avenir de la région et de la circonscription avec le coordonnateur de la FTQ. Il a également défendu la candidature de Pierre-Karl Péladeau.

« Il n'est pas là comme employeur, il est là comme candidat pour une campagne électorale, souligne M. Gaudreault. Moi j'ai beaucoup de respect pour quelqu'un qui dans le fond pourrait faire bien d'autres choses de sa vie, mais qui décide de venir en politique. »

Mouvement suivi

De son côté, le président du Syndicat des travailleurs de l'aluminium d'Alma (STAA-Métallos) de l'usine de Rio Tinto Alcan à Alma, Hughes Villeneuve, se dit très inquiet à la suite de l'annonce de la candidature de Pierre-Karl Péladeau. Il souhaiter aborder le sujet avec d'autres dirigeants du syndicat.

« Quelqu'un qui a à son actif 14 lock-out, ce n'est pas rien, affirme M. Villeneuve. Je me suis toujours vu avec le Parti québécois comme faisant partie d'une famille où le travailleur a sa place, maintenant j'ai de la misère à voir l'enlignement du parti. »

Les 760 travailleurs de l'aluminerie Alma ont subi un lock-out de six mois en 2012.

Des employés de garage en lock-out depuis un an rencontrés aux piquets de grève ont aussi commenté la candidature de Pierre-Karl Péladeau. « Il n'aura jamais mon vote lui, jamais », a dit l'un d'eux.

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique