•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une garderie à Vancouver? Entre 800 et 1400 $... par mois!

Radio-Canada

L'augmentation des frais de garderie annoncée dans le dernier budget québécois - de 7 à 8 $ cet automne et 9 $ l'année suivante - fait l'envie des parents d'autres provinces canadiennes, qui paient beaucoup plus cher.

Un texte de Frédéric ArnouldTwitterCourriel

Les frais de garde pour un enfant âgé de un à trois ans sont en moyenne de 32 $ par jour au Canada. Et c'est en Ontario et en Colombie-Britannique qu'ils sont les plus élevés, à 43 et 42 $ par jour.

Beaucoup plus donc que les 7 $ par jour déboursés par les familles québécoises qui envoient leurs enfants dans une garderie subventionnée. Pas étonnant que l'augmentation des frais de garderie annoncée dans le dernier budget de Nicolas Marceau fasse réagir les parents de Vancouver, comme Virginie Lamarche, qui trouve que les parents québécois peuvent s'estimer chanceux d'avoir accès à un système subventionné à ce prix-là.

Virginie Lamarche et Derek Baxter envoient tous les matins leur petit garçon West, qui a presque deux ans, dans une garderie familiale de Vancouver accueillant quelques enfants dans un tout petit appartement.

Samira Kadri, qui ne peut même pas se payer une maison, a quand même réussi à devenir très populaire auprès des familles francophones grâce au service de garde qu'elle offre. Pour chaque enfant, il en coûte entre 900 et 1000 $ par mois.

J'ai presque une dizaine de personnes sur la liste d'attente. Une fois que la femme tombe enceinte, elle me contacte et moi je ne fais même pas de publicité.

Samira Kadri

Résultat : même à ce prix-là, elle n'a plus de place pour d'autres enfants jusqu'à fin 2016.

La garderie n'est pas parfaite, mais Virginie Lamarche a dû faire un choix en fonction de son budget. « En fin de compte, la priorité, on s'est dit [que] c'est une gardienne qui aime notre fils pis qui en prend soin », dit-elle.

Reste que les Baxter-Lamarche ne peuvent pas se payer de voyages dans le sud, doivent apporter leurs « lunchs maison » au travail et ne vont pas souvent voir leurs familles au Québec à Noël.

Une solution à la québécoise?

Sharon Gregson, qui dirige les services d'une garderie, milite pour un programme de garderies subventionnées comme au Québec. Elle propose des garderies accessibles à toutes les familles de la province pour 10 $ par jour.

Pour les familles qui gagnent 40 000 $ et moins, ce serait gratuit. Cela représenterait un investissement total d'un milliard et demi de dollars, échelonné sur plusieurs années, le temps de créer les infrastructures.

Parce qu'elle est consciente que cela ne se réalisera pas du jour au lendemain, elle propose d'y aller graduellement avec tout d'abord une première dépense de 88 millions de dollars afin de réduire de moitié les frais actuels.

Cela permettrait d'augmenter considérablement le nombre de garderies réglementées, car pour l'instant, seulement 19 % des enfants âgés d'un à trois ans dans la province ont accès à ces services encadrés. Beaucoup de garderies fonctionnent donc au noir, pour moins cher, mais avec beaucoup plus de risques de négligence.

La proposition a cependant été rejetée par le gouvernement libéral de Christy Clark, qui ne voulait pas hausser les impôts, une mesure toujours impopulaire.

Un sondage CROP-Radio-Canada publié lundi révèle qu'une majorité de Québécois sont favorables à une hausse des frais de garderie. Pour lire l'article, cliquez ici.

Garderie à Vancouver

Moins d'impôts, mais...

Comparativement au Québec, qui a fait le saut vers les garderies subventionnées, le fardeau fiscal est moins élevé pour les contribuables de la Colombie-Britannique. Ce qui pourrait expliquer aux yeux de certains, la différence de services sociaux entre les deux provinces.

Mais pour Sophie Tremblay, qui vit avec son mari Frédéric Cloutier et leurs trois enfants âgés de deux à neuf ans, cette différence d'impôts ne se fait pas vraiment sentir.

On paie un peu moins de taxes pour les produits et services, mais globalement, ça reste que le coût de la vie est tellement plus cher que tu en as moins pour ton argent au final.

Sophie Tremblay, résidente de la Colombie-Britannique

La famille Cloutier-Tremblay a dû elle aussi faire un choix pour les services de garde du plus jeune, Thomas. Le couple de jeunes médecins a opté pour une gardienne à la maison.

C'est 5 $ de l'heure, plus le loyer, plus la nourriture, donc c'est à peu près 200 $ par semaine pour avoir une fille au pair pour une semaine complète de 40 heures par semaine », explique Sophie Tremblay.

Une formule moins chère et plus flexible qu'une garderie, puisque la gardienne s'occupe du plus jeune à temps plein et gère les deux aînés à leur retour de l'école jusqu'à l'arrivée des deux parents le soir.

Une garderie à Vancouver

Être riche pour avoir des enfants à Vancouver

Virginie Lamarche, elle, avait évalué la solution de gardienne à la maison, mais a dû l'écarter puisqu'il n'y avait pas de chambre dans leur logement pour accueillir une gardienne. Dans deux mois, elle accouchera d'un deuxième enfant. Un autre défi financier pour le jeune couple, car il leur faudrait doubler les frais de garde, de 900 à 1800 $ par mois.

« Ça va être de voir si on peut se permettre la garderie à temps plein ou plutôt y aller avec un temps partiel afin d'ajuster nos dépenses ». Les Baxter-Lamarche et les Cloutier-Tremblay n'envisagent pas pour autant de déménager au Québec.

Ils sont pour l'instant toujours prêts à payer le prix pour vivre à Vancouver, qui est toujours aussi populaire, comme en témoignent les coûts exorbitants de l'immobilier.

Colombie-Britannique et Yukon

Politique