•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une clinique privée pour répondre aux besoins du public

Les travaux et les jours, 27 avril 1958

Radio-Canada

Dix femmes spécialisées en santé et en éducation se sont réunies sous un même toit à Trois-Rivières pour offrir des services à des jeunes en difficulté et à leur famille.

L'ergothérapie, la psychologie, la nutrition et l'orthopédagogie sont quelques des services offerts à cette nouvelle clinique privée multidisciplinaire pour le développement de l'enfant.

La plupart des dix professionnelles de cette clinique ont quitté le réseau de santé public pour le privé.

Katérie Saint-Laurent explique : « e trouvais qu'il y avait des enfants qui n'avaient pas de diagnostic, pas d'accès, des enfants qui tombaient dans les trous de services. »

Elle note qu'un des avantages du regroupement est de desservir plus rapidement les enfants qui ont besoin de suivi.

Le directeur des services sociaux de l'Agence de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec admet qu'étant donné le nombre de demandes dans le réseau public, « on va prioriser les cas les plus sévères et les cas peut-être moins importants vont attendre encore un peu. »

Le secteur privé peut alors être une façon de raccourcir le délai de traitement. Ces services ont toutefois un coût allant de 65 à 85 $ l'heure selon les spécialistes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Santé