•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario recrute deux gros canons à l'énergie

Bernard Lord et Sandra Pupatello, les nouvelles recrues du gouvernement ontarien.

Bernard Lord et Sandra Pupatello, les nouvelles recrues du gouvernement ontarien.

Photo : La Presse canadienne / Montage de Michel Bolduc

Radio-Canada

Critiqué de toute part pour la flambée des tarifs d'électricité et les salaires éhontés des dirigeants de ses sociétés publiques d'énergie, le gouvernement ontarien place Bernard Lord à la tête d'OPG et Sandra Pupatello, pour superviser Hydro One.

M. Lord est un ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick et PDG de l'Association canadienne des télécommunications sans fil. Il présidera dorénavant le conseil d'administration de la société de production d'électricité Ontario Power Generation (OPG).

Pour sa part, l'ancienne ministre libérale et directrice de la Société de développement de Windsor-Essex Sandra Pupatello a été nommée à la tête du conseil d'administration du distributeur d'électricité Hydro One.

Ils siégeait déjà respectivement aux conseils d'administration d'OPG et d'Hydro One. 

Mme Pupatello et M. Lord prodigueront leurs conseils en vue de fournir aux familles et aux entreprises de l'Ontario une énergie propre, fiable et abordable.

Communiqué du gouvernement de l'Ontario

Les libéraux ontariens indiquent, par ailleurs, qu'ils travailleront « de concert » avec M. Lord et Mme Pupatello pour choisir de nouveaux membres des conseils d'administration des deux sociétés publiques au cours des prochaines semaines.

Chacun d'entre eux recevra un salaire annuel de 150 000 $. Leur nomination entrera en vigueur le 1er avril.

Réactions

Les néo-démocrates dénoncent la nomination de Mme Pupatello, accusant le gouvernement libéral de « s'occuper de ses amis plutôt que de faire les bons choix pour les abonnés ».

« En tant qu'ancienne ministre libérale, elle siégeait à la table alors que les salaires des dirigeants des sociétés d'électricité ont bondi, dit le député du NPD Peter Tabuns. Elle ne représente pas le changement dont on a besoin ».

Deux sociétés troubles :

  • Hydro One a fait les manchettes le mois dernier, après que nombre d'abandonnés eurent affirmé que leur compte avait été débité soudainement de milliers de dollars, parfois par erreur, après ne pas avoir reçu de factures pendant des mois. L'ombudsman provincial a lancé une enquête à ce sujet. Deux chefs du service à la clientèle de la société publique ont aussi ensuite quitté leur poste.
  • La direction d'OPG a été vivement critiquée par la vérificatrice générale de l'Ontario en décembre dernier. Parmi ses révélations : des cadres qui gagnent plus que la plupart des sous-ministres, plus de 60 du personnel qui touchent plus de 100 000 $ par année et un régime de pension bien plus généreux que dans le reste de la fonction publique. Trois membres de la haute direction ont été limogés par la suite. 

 

Ontario

Politique provinciale