•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ demande une enquête sur une publicité qu'il associe au PLQ

Entrevue avec Louis Audet
Radio-Canada

Le Parti québécois dénonce une « contribution illégale » au Parti libéral du Québec et demande au Directeur général des élections du Québec (DGEQ) d'enquêter. Le PQ en veut à une publicité, parue mardi dans six grands quotidiens, intitulée « Il faut se dire les vraies affaires ».

Dans sa plainte au DGEQ, le parti souligne la similarité de cette publicité avec le slogan libéral : « Ensemble, on s'occupe des vraies affaires ».

La similarité est à ce point frappante [...] qu'il est difficile de ne pas conclure qu'il s'agit d'un geste posé à des fins politiques visant à favoriser le Parti libéral du Québec. 

Sylvain Tanguay, directeur général du PQ, dans une lettre adressée au DGEQ

Le PQ croit donc que cette publicité doit être considérée comme une contribution politique, et qu'elle est ainsi contraire au règlement, puisqu'elle a sans doute coûté bien davantage que la nouvelle limite permise de 100 $. 

Un des quatre signataires, Louis Audet, qui est président et chef de direction de COGECO, affirme que la similarité n'est qu'une « malencontreuse coïncidence » « Nous ne sommes pas des politiciens, nous ne sommes affiliés à aucun parti politique », a-t-il défendu en entrevue à l'émission 24/60.

Louis Audet, président et chef de directrion de COGECOLouis Audet, un des quatre signataires Photo : PC / Graham Hughes

Il reconnaît être un généreux donateur du Parti libéral, mais soutient que les personnes qui ont signé la publicité l'ont fait « à titre purement personnel ». « C'est une façon d'interpeller tous les partis. Il faut mettre l'économie à l'avant-scène, croyons-nous. »

La publicité, qui fait trois quarts de page, table sur la faiblesse de l'économie québécoise et donne comme solution : « travail acharné, persévérance scolaire, entrepreneuriat et promotion de l'entreprise privée » ainsi qu'« immigration ».

Louis Audet a pourfendu par le passé le projet de charte des valeurs du gouvernement Marois qui, croit-il, nuira à l'immigration et conséquemment à l'économie.

Une « grosse surprise » pour le PLQ

Du côté du Parti libéral, on affirme n'avoir rien à voir avec la publicité. « Quand j'ai ouvert le journal ce matin, ç'a été une grosse surprise », dit Gabrielle Collu, directrice des communications du PLQ.

Politique