•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Niqab à l’hôtel de ville : un canular

Une femme portant le voile est venue s'informer sur la possibilité de porter le burkini dans les piscines municipales, à Saguenay

Radio-Canada

Elles seront parvenues à tromper tout le monde, lors de leur passage remarqué à la séance de lundi du conseil municipal de Saguenay, avec leur niqab et leur demande concernant le burkini.

Il s'agissait en fait d'étudiantes en psychologie effectuant un travail dans le cadre d'un cours à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Rappelons les événements : lors de la période de questions du public, une jeune femme se présente au micro. Elle dit s'appeler Solange et demande au maire Jean Tremblay quelle est la politique concernant le port du burkini, un maillot couvrant tout le corps, dans les piscines de Saguenay.

Le maire s'avoue décontenancé, et refuse de donner une réponse sur-le-champ, disant souhaiter discuter de la question dans un autre contexte qu'une séance publique. Un conseiller a pour sa part proposé de confier la question à la commission des sports et loisirs de la Ville.

Solange Lostaunau et Alexandra

Solange Lostaunau et Alexandra

Finalement, tout ça est un canular. Il s'agit en fait d'une mise en scène élaborée dans le cadre d'un cours de psychologie sociale. Celle qui s'est présentée au micro s'appelle Solange Lostaunau. Elle était accompagnée d'Alexandra, qui n'a pas souhaité s'identifier davantage, mais qui a accordé une entrevue à Doris Larouche de l'émission Café Boulot Dodo.

Elle a affirmé faire une « recherche d'observation » afin de voir la réaction des gens. Elle admet cependant qu'elles ne s'attendaient pas « à ce que ce soit aussi gros que ça ».

Le choix du burkini comme sujet d'intervention fait suite à la controverse que la question a suscitée à Québec il y a trois semaines.

Alexandra affirme que la démarche a reçu l'approbation du professeur.

Réaction de la communauté musulmane

Le président de l'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mustapha Élayoubi

Le président de l'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Mustapha Élayoubi

Le président de l'Association islamique du Saguenay-Lac-Saint-Jean parle de manque d'éthique pour qualifier cette mise en scène, et il déplore qu'elle émane d'un établissement comme l'UQAC, de la part duquel on devrait s'attendre à des actes de plus haut niveau.

Je déplore une légèreté quand ça touche vraiment la foi religieuse des communautés et des gens. C'est une question (le port du burkini dans les piscines – NDLR) qui ne nous concerne pas parce qu'à ma connaissance, il n'y a aucune femme musulmane qui porte le niqab dans la région, et il n'y a jamais eu aucune demande de la communauté musulmane dans ce sens-là.

Mustapha Élayoubi

M. Élayoubi souhaite que ces événements suscitent une réflexion à l'université. Lui-même est chargé de cours à l'UQAC.

Saguenay–Lac-St-Jean

Société