•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand le PQ promettait des élections à date fixe

Le reportage de Guy Gendron
Radio-Canada

Des élections à date fixe : le Parti québécois s’y était engagé lors de la dernière campagne électorale et il en a fait l’une de ses premières réalisations. Pourtant, Pauline Marois pourrait décider de déclencher des élections dès cette semaine.

Un texte de Guy GendronTwitterCourriel

Quand il a présenté le projet de loi 3 le 7 novembre 2012, le ministre responsable des institutions démocratiques, Bernard Drainville, a déclaré qu’il visait à « réparer le lien de confiance » entre la population et la classe politique.

On voit l’espèce de mépris, de dégoût que beaucoup de nos concitoyens ont envers tout ce qui touche de près ou de loin nos institutions démocratiques. Il me semble qu’on est conviés, nous autres, comme élus, à un rendez-vous.

Bernard Drainville à l’Assemblée nationale du Québec, le 15 novembre 2012

L’adoption de règles claires sur la date des scrutins, tous les quatre ans, visait donc à soustraire aux considérations partisanes le moment de déclencher une élection. Ainsi, le gouvernement en place n'allait plus dissoudre l’Assemblée nationale selon « les petits calculs, les petites stratégies, les petites rumeurs » et Pauline Marois acceptait de donner l'exemple.

Les premiers concernés, c'est le gouvernement du Parti québécois et en particulier la première ministre. Il y a quelque chose de formidable là-dedans, Monsieur le Président, dans le fait que la première ministre soit prête à renoncer à ce pouvoir-là.

Bernard Drainville, le 15 novembre 2012

La loi 3 a été adoptée à l’unanimité le 14 juin 2013 - il y a moins de neuf mois. Selon ce qu’elle stipule, la prochaine élection québécoise devrait avoir lieu le premier lundi d’octobre 2016.

L'héritage de René Lévesque

La Coalition avenir Québec avait appuyé sans réserve l'adoption de la loi sur les élections à date fixe. Aujourd'hui, malmenée dans les récents sondages et voyant que le gouvernement s'apprête à déclencher des élections précipitées, la CAQ dénonce la manœuvre.

« C'est toujours bien les héritiers de René Lévesque qui sont en train de bafouer une loi électorale comme ça. Quel honneur ont-ils ces gens-là, après ça, de se présenter devant le peuple et de dire : "Regardez, nous autres, on vote des lois, mais c'est pas grave, on ne les respecte pas" », critique Gérard Deltell, député de Chauveau pour la CAQ.

Minoritaire ou majoritaire

Le gouvernement Marois rétorque que les partis d'opposition ne lui laissent pas le choix, car ils critiquent le budget que vient de présenter le ministre des Finances, Nicolas Marceau, et qu'ils pourraient donc le renverser.

Pourtant, le PQ était conscient de sa situation de minoritaire en présentant la loi et il promettait de la respecter, même s'il évoquait la possibilité de « tomber » avant 2016.

Je pense que les Québécois auraient beaucoup de difficultés [...] à comprendre qu’un parti politique soit d’accord avec des élections à date fixe si on est majoritaire, mais qu’il ne soit pas d’accord avec des élections à date fixe si on est minoritaire. […] On a un principe ou on n’en a pas.

Bernard Drainville, 15 novembre 2012

« Des raisons opportunistes »

André Blais, politologue au département de Sciences politiques de l’Université de Montréal et spécialiste des lois électorales, s’était réjoui de l’adoption d’élections à date fixe, devenues la norme un peu partout en Europe, aux États-Unis et maintenant au Canada. Le Québec est la neuvième province à adopter de telles règles, aussi en vigueur à Ottawa. « La décision de déclencher des élections va clairement à l’encontre de l’esprit de cette loi-là », dit-il.

Maintenant que les sondages sont favorables au PQ, on déclenche des élections à ce moment-ci. Ça m’apparaît triste. […] Ça m’apparaît assez évident que si on le fait, c’est pour des raisons opportunistes.

André Blais, politologue au département de Sciences politiques de l’Université de Montréal

Selon lui, seul un renversement du gouvernement sur le budget aurait pu justifier la convocation d’élections précipitées. Or, considérant la faiblesse relative du Parti libéral et de la CAQ dans les sondages, André Blais estime probable qu’ils auraient trouvé un moyen d’éviter de renverser le gouvernement.

Politique provinciale

Politique