•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Pistorius : « des cris à vous glacer le sang », dit une voisine

Oscar Pistorius à l'ouverture de son procès pour meurtre, le 3 mars 2014

Oscar Pistorius à l'ouverture de son procès pour meurtre, le 3 mars 2014

Photo : AFP / HERMAN VERWEY

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dès l'ouverture de son procès pour meurtre lundi, à Pretoria, les déclarations de l'athlète Oscar Pistorius, qui plaide non coupable, ont été contredites par le témoignage d'une voisine, qui prétend avoir entendu les cris d'une jeune femme la nuit du drame. 

L'athlète paralympique sud-africain, premier invalide à avoir concouru avec des athlètes valides lors des Jeux olympiques à Londres en 2012, est accusé du meurtre de sa copine, survenu le 14 février de l'an dernier. 

En tirant sur Reeva Steenkamp, Oscar Pistorius maintient avoir cru à la présence d'un intrus chez lui au petit matin.

Appelée à la barre, l'une de ses voisines, Michelle Burger, raconte avoir entendu une femme « pousser des cris terribles ». « Elle a appelé au secours, puis j'ai entendu un homme appeler à l'aide. Il a hurlé à trois reprises », a-t-elle précisé. 

Pensant qu'il s'agissait d'un cambriolage qui tournait au pire, son mari aurait appelé la sécurité du lotissement de luxe. Les cris se sont poursuivis durant l'appel.

Juste après les cris, j'ai entendu quatre coups de feu. Quatre... Bang, bang, bang, bang ! C'était très traumatisant. C'étaient des cris à vous glacer le sang. 

Une citation de :Une voisine d'Oscar Pistorius, Michelle Burger

La poursuite allègue que l'athlète sud-africain a tiré intentionnellement à quatre reprises sur la victime, alors enfermée dans les toilettes attenantes à la salle de bains.

Lundi, Oscar Pistorius a répété que sa relation avec Reeva Steenkamp était sans nuages. Cette affirmation est contestée par la poursuite, qui évoque de nombreuses chicanes au sein du couple Pistorius-Steenkamp.

L'athlète paralympique a seulement la juge Thokozile Masipa à convaincre de sa non-culpabilité. Depuis le régime de l'apartheid, il n'existe plus en Afrique du Sud de système de jurys populaires.

S'il est reconnu coupable de meurtre avec préméditation, il risque une peine minimum de 25 ans de prison.

Le procès, diffusé en grande partie dans les médias, devrait s'étendre jusqu'au 20 mars, alors que 107 témoins sont attendus à la barre.

Oscar Pistorius et sa compagne Reeva SteenkampAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Oscar Pistorius et sa compagne Reeva Steenkamp

Photo : Lucky Nxumalo (AP)

De héros à zéro

Amputé des deux jambes sous les genoux, Oscar Pistorius, qui court sur des lames en carbone, est devenu une gloire nationale en Afrique du Sud lorsqu'il a été autorisé à participer aux Jeux olympiques de Londres en août 2012, où il avait atteint les demi-finales du 400 mètres et a également participé au relais 4x400 mètres.

Oscar PistoriusAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Oscar Pistorius

Photo : AFP / IAN KINGTON

« Aucun mot ne peut traduire vraiment mes sentiments sur cet accident dévastateur qui a causé tant de chagrin à tous ceux qui aimaient et continuent d'aimer Reeva », a déclaré Oscar Pistorius dans un communiqué publié le 14 février dernier, un an jour pour jour après la mort de sa compagne.

« Je porterai en moi pour le restant de mes jours la disparition de Reeva et le traumatisme total de ce jour-là », a ajouté l'athlète, libéré sous caution en février 2013.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !