•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilinguisme à la Cour suprême : le député Yvon Godin est optimiste

Le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin

Le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin, a déposé pour la troisième fois depuis 2006 un projet de loi qui imposerait la nomination de juges bilingues à la Cour suprême du Canada.

Le projet de loi déposé à la Chambre des communes doit « faire du bilinguisme une condition essentielle à la nomination des juges à la Cour suprême ».

Yvon Godin croit que, cette fois-ci, ce pourrait être la bonne. Selon lui, après avoir adopté le projet de loi qui rend obligatoire le bilinguisme des agents du Parlement, la Chambre des communes serait mal placée de ne pas accepter le bilinguisme des juges de la Cour suprême.

« Maintenant, j'arrive encore avec le projet de loi de la Cour suprême. Imaginez-vous s'ils votent contre, Ç'a encore bien moins de sens parce que la Cour suprême, c'est elle qui décide si tu vas derrière les barreaux pour le reste de ta vie. Elle peut prendre de grosses décisions », affirme Yvon Godin.

Au sujet du bilinguisme des juges de la Cour suprême, le député néo-démocrate refuse de lâcher le morceau. Il en fait une question de principe.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie