•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faculté de médecine en Outaouais : le ministre de la Santé et des Services sociaux est favorable

Réjean Hébert, ministre de la Santé (archives)

Réjean Hébert, ministre de la Santé (archives)

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Réjean Hébert, qui était de passage en Outaouais jeudi, dit avoir reçu le plan d'affaires de l'Université du Québec en Outaouais, de l'Université McGill et du Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG) pour la création d'une faculté de médecine en Outaouais d'ici 2016.

« C'est ambitieux, mais on va essayer de soutenir la région pour que cette ambition puisse se réaliser », affirme-t-il.

M. Hébert souligne que le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche, de la Science et de la Technologie, Pierre Duchesne, étudiera aussi le dossier.

« Nous allons l'analyser dans nos ministères respectifs. Vous savez que j'ai un préjugé favorable pour l'établissement d'un campus satellite. »

— Une citation de  Réjean Hébert

Le projet prévoit la création d'une faculté satellite de médecine, en partenariat avec l'Université McGill. Il s'agirait d'une solution pour répondre à la pénurie des médecins de famille qui touche 28 000 résidents de la région.

« Je pense que c'est un excellent moyen de pouvoir attirer, en Outaouais, les professionnels de la santé, surtout les médecins, mais aussi les autres professionnels de la santé, parce qu'un campus qui forme des médecins a également un pouvoir d'attraction pour les autres professionnels, alors je pense que ce serait un projet intéressant pour la région », affirme M. Hébert.

Depuis août 2010, le Campus Santé-Outaouais (Nouvelle fenêtre), qui est affilié à la Faculté de médecine de l'Université McGill, offre un programme d'externat prédoctoral. Ce programme permet aux étudiants en médecine d'effectuer des stages dans des cliniques de la région.

Pas de statut particulier pour l'UQO

Par ailleurs, la première ministre Pauline Marois, qui était également de passage en Outaouais jeudi, ne semble pas convaincue de la nécessité d'accorder un statut particulier à l'Université du Québec en Outaouais, contrairement à ce qu'affirmait plus tôt cette semaine le chef du Parti libéral du Québec, Philippe Couillard.

« Je suis très sensible à ce que nous présente le milieu de l'éducation de l'Outaouais, parce que je sais qu'ils se sont concertés et c'est la bonne façon de faire. »

— Une citation de  Pauline Marois

Mme Marois affirme que son gouvernement souhaite trouver des solutions pour accroître le nombre de cours et de programmes disponibles à l'UQO.

L'Université du Québec en Outaouais demande depuis plusieurs années au gouvernement provincial d'augmenter les sommes consacrées à l'enseignement supérieur dans la région.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...