•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux projets majeurs au centre-ville de Matane

La rue Saint-Jérôme, à Matane

La rue Saint-Jérôme, à Matane

Radio-Canada

Le centre-ville de Matane s'est beaucoup diversifié depuis quelques années et ce n'est pas fini. Deux projets majeurs sont sur la table pour en faire un lieu encore plus fréquenté : la Cité des arts et la réfection de la promenade des Capitaines.

Le vice-président de la Société des arts et spectacles, Claude Canuel, dit avoir constaté qu'il y a consensus autour du projet de mise sur pied de la Cité des arts : « Il y a un véritable besoin, il y a une capacité de la culture d'exploser à Matane et de se regrouper; et le projet de Cité des arts est capable de changer complètement le visage de la ville. »

Les promoteurs s'attendent à ce que la première ébauche du projet, qui sera présentée au ministère de la Culture d'ici un mois, chemine rapidement.

« Le fait qu'on soit la seule ville dans l'Est du Québec pas doté d'installations suffisantes, tout ça milite en faveur d'un optimisme qui nous anime », affirme Paul Massicotte, président de la Société des arts et spectacles de Matane.

Promenade des Capitaines

À quelques pas du site où devrait être érigée la Cité des arts, la rivière a grugé les assises de la promenade des Capitaines et de la rue Otis. La Ville souhaite donc procéder à des travaux de réfection dans ce secteur.

« C'est sournois, c'est souterrain, donc on ne veut prendre aucune chance. On a eu une recommandation d'une firme d'ingénieurs qui nous a dit qu'il y avait un risque d'affaissement », explique le maire de Matane, Jérôme Landry.

Sur la rue Otis, qui est maintenant fermée à la circulation, il y a normalement un bon nombre de stationnements en parallèle. La fermeture de la rue fait craindre une baisse de l'achalandage au centre-ville.

« Ici, c'est un coin névralgique : il y a trois restos, une banque. Les gens circulent beaucoup ici et le problème, c'est le stationnement. Les gens n'ont pas de place », déplore Sonia d'Anjou, présidente du comité de revitalisation du centre-ville.

La Ville de Matane espère un financement du gouvernement du Québec pour les deux projets. L'administration municipale se dit consciente que la capacité de payer des contribuables a atteint sa limite.

Est du Québec

Économie