•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutte contre l’agrile du frêne : Gatineau ne baisse pas les bras

L'agrile du frêne étend ses ravages à cause en partie de sa propagation par l'activité humaine.
L'agrile du frêne étend ses ravages à cause en partie de sa propagation par l'activité humaine.

Un rapport présenté mardi par le Service de l'environnement de la Ville de Gatineau révèle que l'agrile du frêne continue de gagner du terrain sur le territoire de la municipalité. Les responsables du Programme de traitement des frênes croient néanmoins qu'il est important de continuer les traitements au cours des prochaines années.

La Ville de Gatineau compte près de 30 500 frênes sur son territoire. Le dernier rapport présenté par le Service de l'environnement révèle qu'à la fin de l'année 2013, 1335 d'entre eux étaient infestés par l'agrile du frêne et que 100 % du territoire de la municipalité était atteint.

En juin 2013, au moment de l'adoption du Plan de gestion de l'agrile du frêne, seulement 86 % de la municipalité était atteinte.

Les prévisions des experts de la Ville sont assez pessimistes dans la mesure où ils estiment que tous les arbres de cette espèce finiront par être infestés et qu'ils n'y survivront pas.

L'agrile du frêne est un insecte ravageur venu d'Asie. Ses larves prolifèrent sous l'écorce, pouvant faire mourir les arbres. L'insecte n'a aucun prédateur naturel en Amérique du Nord.

À leur actuelle, la seule solution pour sauver les arbres sains ou peu atteints est de les traiter au TreeAzin, un insecticide biologique, qui a fait ses preuves lorsqu'il est appliqué dès le début d'une infestation.

En 2012, le produit a été injecté dans 694 frênes et a permis d'en sauver 570, soit un taux de succès de 82 %. Le rapport indique que 272 arbres ont reçu des insecticides en 2013, mais les résultats de cette campagne de traitement ne sont pas encore disponibles.

Les employés de la Ville n'ont pas le choix d'abattre ceux qui sont malades et de les remplacer par d'autres essences.

Cette solution extrême devrait coûter 710 000$ à la Ville en 2014, alors que les traitements sont évalués à 130 000 $. Le Programme de traitement des frênes dispose d'un budget de 1,25 million de dollars pour 2014.

  • 2002 : Découverte de l'agrile du frêne en Amérique du Nord
  • 2008 : Découverte de l'agrile du frêne à Ottawa
  • 2009 : Arrêté ministériel fédéral définissant une zone de quarantaine, dont une partie de la Ville de Gatineau
  • 2011 : Découverte officielle de l'agrile du frêne à Gatineau
  • 2011 : Début des traitements de frênes à Gatineau

Source : Ville de Gatineau

Ottawa-Gatineau

Environnement