•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces mères qui disent « non » à l'allaitement naturel

Bébé et son biberon

Radio-Canada

Lors de sa sortie, une publicité de l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal sur l'allaitement natutrel avait suscité la controverse. Certaines femmes y ont vu la promotion de l'allaitement à tout prix, alors que bon nombre de nouvelles mamans se sentent déjà obligées de donner le sein.

La publicité, créée afin de promouvoir l'allaitement naturel, présentait l'actrice Mahée Paiment, en train d'allaiter son bébé, chaussée de talons hauts, bien maquillée et légèrement vêtue.

Malgré ses bonnes intentions, cette campagne a fait l'objet de nombreuses critiques notamment pour l'image idéaliste qu'elle présente de l'allaitement.

« Allaiter, c'est glamour », peut-on lire à la fin de la courte vidéo (Nouvelle fenêtre).

Une expérience horrible

C'est le cas de Roxanne Beaulne, mère de deux enfants de Gatineau, qui a tenté l'expérience, entre autres par curiosité.

« J'ai décidé d'essayer parce que je connaissais les bienfaits de l'allaitement. Mais ça été absolument horrible. Ça faisait extrêmement mal. Je n'ai pas honte de dire que je n'aime pas ça. Ça ne fait pas de moi une mauvaise mère », explique la jeune femme.

Roxanne Beaulne a alors décidé de tirer son lait pendant neuf mois, un geste qui l'a exclu du groupe des mères qui allaitaient.

« Ma conseillère en allaitement m'a dit que ce n'était pas une option. Je pensais réellement que je donnais le meilleur à ma fille. Qu'une infirmière vienne me dire que ce n'était pas de l'allaitement, c'était extrêmement insultant », raconte-t-elle.

Le biberon au lieu du sein

De son côté, Kim Courchesne, une autre mère de deux garçons de Gatineau, a immédiatement opté pour le biberon dès la naissance de son premier enfant.

« Je trouve qu'un biberon qui est donné avec amour, ça revient au même titre que quelqu'un qui allaite. C'est la même chose. Tu donnes de l'amour, point », dit-elle.

Pour Kim Courchesne, ce fut une décision de couple réfléchie et assumée.

« Je n'ai pas pensé à l'allaitement. Ça ne me tente pas. Ce n'est pas pour être pour ou contre, mais je n'ai pas envie, c'est tout », confie-t-elle.

Ottawa-Gatineau

Enfance