•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget Marceau : plusieurs mesures touchant les mines, l'industrie forestière et le développement du Nord

Nicolas Marceau
Nicolas Marceau

Le budget Marceau présenté jeudi compte quelques mesures pour les régions, dont une nouvelle offre tarifaire pour les PME manufacturières et l'allocation de sommes pour la formation des pompiers volontaires.

Le ministre des Finances a annoncé que Québec élargit l'offre tarifaire préférentielle dont a bénéficié l'entreprise espagnole FerroAtlantica pour investir 375 millions de dollars au Québec pour la construction d'une usine de silicium métal.

Ainsi, les PME manufacturières consommant 2 mégawatts et plus d'électricité annuellement pourront avoir accès au tarif Investissements-emplois qui s'adressait auparavant aux entreprises de 15 mégawatts et plus. Le gouvernement rend disponible 50 TWh à cet effet.

L'ampleur du rabais accordé à une entreprise sera directement liée aux retombées économiques du projet. Le tarif sera consenti pour une période de dix ans.

Mines

Pour ce qui est des ressources minières, le gouvernement Marois entend augmenter sa participation financière dans les sociétés minières qui exploitent des ressources au Québec en utilisant notamment le capital de 1 milliard du Fonds capital mines hydrocarbures.

Le gouvernement du Québec mentionne aussi qu'il poursuivra ses démarches afin de négocier, par l'entremise de Ressources Québec, des prises de participation dans les projets miniers « les plus prometteurs ».

De l'argent pour la biomasse forestière

En ce qui concerne l'industrie forestière, Québec s'engage à investir 10 millions de dollars dans un nouveau fonds visant à accélérer le développement de la filière biomasse forestière résiduelle.

Le gouvernement a indiqué qu'il collaborera avec Fondaction et la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) afin de mettre sur pieds un fonds dont la capitalisation minimale sera de 20,2 millions de dollars.

Le fonds vise à répondre à la difficulté de démarrer cette nouvelle filière industrielle, à démontrer sa pertinence et son efficacité et à constituer une masse critique de projets dans le secteur de la biomasse. Les critères d'admissibilité seront précisés ultérieurement.

Ces investissements dans le développement de la filière biomasse forestière s'ajoutent aux quelque 575 millions annoncés lors du Rendez-vous national de la forêt québécoise et pour les travaux sylvicoles.

Feux de forêt

Le gouvernement va investir 2 millions de dollars pour mettre en place un plan de protection civile contre les feux de forêts au nord du 51e parallèle, dès la prochaine saison.

Québec va également mettre en production une superficie de 11 500 hectares de forêts publiques dévastées par les feux de 2012 en Abitibi-Témiscamingue. À cette fin, 1,5 million de dollars seront investis en reboisement dès cette année.

Ces mesures sont prises à la suite des importants incendies qui ont touché les forêt de la Baie-James et de la Basse-Côte-Nord durant l'été 2013 et les forêts de l'Abitibi-Témiscamingue en 2012.

Développement du Nord québécois

Québec confirme des investissements totalisant 20 millions de dollars, dans des infrastructures destinées à la formation d'une main-d'œuvre qualifiée au Nord-du-Québec.

L'argent servira principalement à construire un centre multifonctionnel à Sept-Îles, à réaménager un centre de formation professionnelle à la Baie-James ainsi qu'à acquérir et aménager une usine-école à Chibougamau.

Le gouvernement prévoit également améliorer la route 389 entre Baie-Comeau et la frontière du Labrador et assurer l'accès à des liens ferroviaires efficaces, notamment pour transporter le minerai de la fosse du Labrador vers la Côte-Nord.

Formation des pompiers volontaires

Les tragédies de Lac-Mégantic et de L'Isle-Verte poussent le gouvernement Marois à investir dans la formation des pompiers volontaires.

Le ministre des Finances annonce la mise en place d'un programme d'aide financière de 4 millions de dollars pour accompagner la capacité d'intervention des municipalités.

Le gouvernement Marois souligne que les municipalités à l'extérieur des grandes agglomérations ont presque exclusivement recours à des pompiers volontaires à titre d'intervenants de première ligne lors de catastrophes.

Le programme d'aide financière annuel servira à la formation des pompiers volontaires ou à temps partiel.

Cette mesure est accueillie favorablement par le président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM), Richard Lehoux. « Ce qui est arrivé l'été dernier à Lac-Mégantic pas tellement loin de chez nous, et à L'Isle-Verte dernièrement, ça fait preuve de l'importance de soutenir les municipalités. On est toujours avec des pompiers volontaires, mais ça prend la formation. Nos pompiers sont prêts à la suivre, prêts à la faire, mais il ne faut pas oublier que ça prend des sous et je pense que c'est un enjeu intéressant et important. On vient ajouter un plus dans le contexte », dit-il.

La FQM souligne néanmoins que le budget présenté jeudi ne passera pas à l'histoire pour les municipalités. Richard Lehoux déplore qu'outre des annonces pour les pompiers ou l'assouplissement des modalités des Fonds locaux d'investissement pour appuyer les futurs entrepreneurs, le budget ne compte pas de mesures concrètes pour d'autres enjeux importants dans les régions, dont la voirie ou l'accès à Internet haute vitesse.

Le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault, fait pour sa part valoir que le gouvernement Marois a amorcé des discussions pour le renouvellement du pacte fiscal.

Une révision des budgets de la voirie locale, la diversification des sources de revenus des municipalités et le financement du transport collectif font partie des objectifs du gouvernement.

Outre ces annonces, le budget du gouvernement Marois présenté jeudi compte quelques mesures particulièrement notables, dont l'augmentation des tarifs pour les services de garde qui passeront de 7 $ à 8 $ par jour en septembre 2014, puis à 9 $ l'année suivante, pour être indexés les années subséquentes.
Le budget propose également une nouvelle manière de financer le réseau de la santé axé sur les patients.

Abitibi–Témiscamingue

Politique provinciale