•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un singe contrôle le bras d'un autre par la pensée

Un macaque

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Un singe a réussi à contrôler un bras paralysé d'un autre primate uniquement par sa pensée, révèle une étude publiée mardi dans la revue scientifique Nature Communications.

Cette expérimentation effectuée sur deux macaques rhésus (Macaca mulatta) vise à aider les millions de paralysés dans le monde incapables d'effectuer le moindre mouvement.

L'activité cérébrale du singe « maître », transmise par des électrodes, passe par un ordinateur, où elle est analysée. Elle est ensuite réinjectée sous forme de stimulation neuronale dans la moelle épinière de l'« avatar » endormi sous anesthésie. L'information sur le mouvement envisagé par le maître (déplacer un curseur sur l'écran pour traquer une cible) est ainsi exécutée par l'avatar.

Chaque singe, qui joue soit le rôle de maître ou d'avatar, a atteint l'objectif dans 84 % des cas, selon les chercheurs de la Harvard Medical School, à Boston.

L'étude pourrait avoir d'importantes implications pour le contrôle des membres chez des blessés de la moelle épinière ou de prothèses chez des amputés.

« L'objectif est de prendre des personnes avec des paralysies au niveau du tronc cérébral ou de la moelle épinière et de contourner la blessure », a déclaré un coauteur de l'étude, Ziv Williams, à la BBC.

« L'espoir est d'arriver à obtenir un mouvement tout à fait naturel, ce qui est théoriquement possible, mais il faudra un effort supplémentaire pour en arriver là », ajoute-t-il.

Les chercheurs n'ont toutefois pas encore démontré que ces résultats, basés sur l'analyse du mouvement prévu plutôt que sur sa trajectoire, peuvent être reproduits chez des patients réellement paralysés.

Cela fait 25 ans que les scientifiques travaillent sur la conversion de la pensée en action. L'année passée, des chercheurs sont parvenus (Nouvelle fenêtre) à télécommander un petit drone grâce à un casque qui enregistre les ondes cérébrales. En août 2011, une équipe de l'Université de Chicago avait fait la démonstration d'une prothèse de bras articulée, actionnée par la pensée.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science