•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposant vénézuélien Leopoldo Lopez se rend à la police

L'opposant Leopoldo Lopez escorté par les policiers

L'opposant Leopoldo Lopez escorté par les policiers

Photo : Alejandro Cegarra (AP)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'opposant Leopoldo Lopez, un des chefs de la contestation antigouvernementale au Venezuela, s’est rendu mardi à la police lors d'une manifestation à Caracas.

Avant d’être escorté par les forces de l’ordre, M. Lopez s'est d'abord adressé à ses partisans pour dénoncer une justice « injuste » et « corrompue ».

Il a été conduit à la base aérienne de La Carlota, dans l'est de la capitale. La police avait bloqué l'accès à de nombreuses avenues sur le trajet pour tenter de maîtriser la foule.

M. Lopez était recherché depuis plusieurs jours en vertu d'un mandat d'arrestation, après les violences de la semaine dernière dans la capitale.

La tension est toujours palpable dans ce pays où opposants et partisans du gouvernement du président socialiste Nicolas Maduro multiplient les manifestations.

Mise en garde de Washington

Les autorités ont déployé mardi un important dispositif de sécurité à Caracas juste avant les rassemblements sans autorisation, qui se tiennent dans un contexte de crise interne, mais aussi de frictions diplomatiques avec les États-Unis.

La Maison-Blanche a menacé Caracas de prendre des mesures de rétorsion après l'expulsion de trois diplomates américains, que le gouvernement du Venezuela accuse d’aider les manifestants antigouvernementaux.

« Nous avons vu à de nombreuses reprises le gouvernement vénézuélien tenter de faire diversion en accusant les États-Unis ou d'autres membres de la communauté internationale pour des événements se déroulant à l'intérieur du Venezuela », a déclaré la porte-parole du département d’État, Jennifer Psaki.

Dimanche dernier, le président Maduro avait lui-même accusé les États-Unis de comploter contre son gouvernement. « Qu'ils aillent conspirer à Washington! » avait-il lancé.

Les relations entre Caracas et Washington sont conflictuelles depuis l'ère du prédécesseur du président Maduro, Hugo Chavez, mort d’un cancer en mars 2013.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !