•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Changer de prénom pour s'intégrer : quand Youssef devient Joseph

    Des immigrants canadiens prêtent serment.
    Des immigrants canadiens prêtent serment. Photo: Radio-Canada

    Tous les deux jours au Québec, une personne avec un prénom à consonance étrangère le change pour paraître plus « Québécois ». C'est ce que révèle une compilation de Radio-Canada dans les données de l'État civil. L'an passé, 162 immigrants ou personnes issues de l'immigration ont franchi ce pas. Plus du tiers sont originaires du Maghreb ou du Moyen-Orient. 

    Un reportage de Thomas GerbetTwitterCourriel

    Il y a Youssef, devenu Joseph après le 11 septembre 2001. Ce chrétien d'origine libanaise en avait assez d'être associé aux musulmans. Abdullah, un adolescent, est devenu James pour passer plus inaperçu à l'école. Ibrahim est devenu Brian parce que les gens n'arrivaient pas à prononcer son prénom. Quelle que soit la raison, la finalité demeure la recherche d'une meilleure intégration.

    « On se fait poser moins de questions », explique François, un résident de Longueuil qui a changé son prénom quelques années après son arrivée au Québec en provenance de l'Algérie. « Je ne dirais pas que je suis gêné de me présenter avec l'ancien nom, mais il me semble que je suis plus ouvert de me présenter avec mon nouveau nom ».

    Je vois ça comme un avantage pour mon métier de courtier. Dans l'immobilier, on fait quand même de grosses transactions et la personne qui va te confier la maison à vendre doit avoir vraiment confiance. Si le courtier est un immigrant, même si ça fait 10 ans qu'il est ici, on peut se demander s'il maîtrise bien le domaine. Aussitôt qu'il donne son nom, moi personnellement, je pourrais douter

    François

    François a aussi modifié le prénom de sa fille, pour qu'elle n'ait pas de problème à l'école : « Elle est au primaire et je ne veux pas qu'elle commence à vivre avec toutes ces questions : tu viens d'où. c'est quoi ce nom, comment ça s'écrit... ». Il songe aussi à l'avenir de sa fille sur le marché du travail.

    Discrimination à l'étape du CV

    Une étude publiée en 2012 par le professeur de sociologie de l'UQAM, Paul Eid (titulaire de la Chaire de recherche en immigration, ethnicité et citoyenneté) démontre que même avec des CV parfaitement identiques, les candidats avec des noms à consonance étrangère ont de 62 % à 65 % plus de risques d'être écartés que les Bélanger, Gagnon ou autres Tremblay.

    « Mon étude montre que quand on laisse le marché de l'emploi fonctionner de lui-même, ce n'est pas toujours le plus méritant qui obtient un emploi », explique Paul Eid. « À peu près une fois sur trois, le refus du candidat avec un nom à consonance étrangère s'explique par la discrimination sur la base de l'origine nationale, par exemple »

    Le chercheur pense qu'il faut développer encore plus les programmes d'accès à l'égalité qui prévoient un pourcentage de minorité dans un milieu de travail et pourquoi pas tester le CV anonyme.

    Société