•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réseaux sociaux : l'échange de photos éphémères crée de l'inquiétude dans les écoles

Téléphone
Photo: Étienne Dumont/Radio-Canada

De plus en plus de gens, dont des élèves, échangent des photos éphémères avec l'application Snapchat, y compris des images qui peuvent être compromettantes.

Snapchat est une application populaire qui permet d'envoyer une photo que le récipiendaire ne peut voir que pendant quelques secondes. Puis, la photo s'efface.

Dans la majorité des cas, les adolescents utilisent Snapchat pour envoyer des images drôles, mais il peut y avoir des dérapages, explique Raymond Pelletier, travailleur social à l'École polyvalente Cité des jeunes A.-M.-Sormany, à Edmundston.

« Disons que ce n'est pas la majorité, mais pour moi, un élève qui vit une situation de photo à caractère sexuel, parce qu'il ne faut pas oublier que ce sont des enfants, ce ne sont pas des adultes, c'est un de trop », affirme Raymond Pelletier.

Dans cette ère où le phénomène du sexting, des messages texte à caractère sexuel, prend de l'ampleur, l'utilisation de Snapchat suscite de l'inquiétude.

Il y a des choses que ça peut être drôle, mais il y a des choses, des fois, que tu ne veux pas nécessairement que tout le reste de l'école voie.

Frédérique Cyr Deschênes, présidente du conseil des élèves de la Cité des jeunes

Les travailleurs sociaux des écoles répondent parfois à des cas d'intimidation et de nudité liés à Snapchat, ajoute Raymond Pelletier.

Il ne faut pas oublier que des photos, lorsqu'il y a de la nudité avec des enfants, ça devient de la pornographie juvénile.

Raymond Pelletier, travailleur social à l'École polyvalente Cité des jeunes

Le problème prend tellement d'ampleur qu'une campagne de sensibilisation sera menée vendredi à la polyvalente Cité des jeunes. De plus, une pièce de théâtre sur le sexting sera présentée à l'École polyvalente A.-J.-Savoie, à Saint-Quentin.

Acadie

Éducation