•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Couillard accueilli à l'Assemblée nationale par Marois et Houda-Pepin

Le compte rendu de Martine Biron et l'analyse de Sébastien Bovet
Radio-Canada

L'Assemblée nationale a repris ses travaux mardi après-midi, avec l'entrée en poste du chef du Parti libéral, Philippe Couillard. L'ancien ministre de la Santé a été élu lors d'une partielle en décembre dans Outremont, bastion du PLQ.

Les premiers échanges entre lui et la première ministre, Pauline Marois, ont sans surprise rapidement porté sur les rumeurs d'élections et la question du dépôt d'un budget. M. Couillard a demandé à nouveau à la première ministre de s'engager à déposer un budget avant de déclencher des élections.

Mme Marois n'a pris aucun engagement, mais a réitéré qu'un budget est en préparation et sera déposé en temps et lieu. Insatisfait de la réponse de la première ministre, Philippe Couillard a rétorqué que le gouvernement préparait surtout des élections.

Si c'est effectivement l'intention du gouvernement de déclencher des élections, il pourrait partir en campagne électorale en se basant sur le cadre financier que lui fournirait sa préparation budgétaire.

Alors que les rumeurs d'élections se font de plus en plus pressantes, les récents sondages laissent croire que les péquistes pourraient obtenir un mandat majoritaire en cas de scrutin. Cette faveur populaire pourrait ainsi motiver la première ministre à déclencher des élections dès ce printemps.

Fatima Houda-Pepin salue l'arrivée de Philippe Couillard

Au début de la période de questions de mardi, la députée Fatima Houda-Pepin, récemment exclue du caucus du Parti libéral, a salué l'arrivée de Philippe Couillard en Chambre, en rappelant au chef de son ancien parti et à ses collègues que c'était un privilège que de représenter les citoyens à l'Assemblée nationale.

Nous sommes des représentants des citoyens qui nous élisent et il faut être leur voix dans cette assemblée et non la voix de nos partis vis-à-vis de nos citoyens.

Fatima Houda-Pepin

« Nous devons aussi défendre les intérêts supérieurs du Québec, ce qui suppose des fois que l'on soit au-dessus de la ligne de parti », a ajouté celle qui a quitté le Parti libéral après un désaccord au sujet des symboles religieux en marge du débat sur la charte de la laïcité du Parti québécois.

Couillard dit qu'il est prêt pour des élections

En point de presse avant de se présenter en Chambre pour la reprise de la session, M. Couillard a affirmé qu'il était prêt à mener la bataille parlementaire en prévision du déclenchement éventuel d'élections générales à court terme.

Henri-François GautrinHenri-François Gautrin

Le nouveau député n'a cependant pas voulu commenter les déclarations, la veille, du député libéral de Verdun, Henri-François Gautrin.

Ce dernier a déclaré dans une entrevue à La Presse canadienne que le scénario le plus probable, si des élections devaient être déclenchées ce printemps, était la réélection d'un gouvernement péquiste, majoritaire ou minoritaire.

M. Gautrin est plus tard revenu sur ses propos, disant plutôt croire à l'élection de Philippe Couillard.

M. Couillard assure que son caucus est très uni et il a prédit l'élection d'un gouvernement libéral majoritaire, lors des prochaines élections, réaffirmant son intention de miser sur l'économie, la création d'emplois et la situation des finances publiques pour gagner la faveur populaire.

Politique