•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation en Turquie contre le contrôle d'Internet

La police utilise des canons à eau et des gaz lacrymogènes contre les manifestants à Istanbul, en Turquie.

La police utilise des canons à eau et des gaz lacrymogènes contre les manifestants à Istanbul, en Turquie.

Photo : Emrah Gurel

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La police turque a utilisé des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser des centaines de manifestants qui protestaient samedi à Istanbul contre les nouvelles mesures renforçant le contrôle de l'État sur Internet.

Abrités derrière des véhicules blindés équipés de canons à eau, les policiers anti-émeutes ont avancé sur la longue avenue Istiklal (« Indépendance »), qui conduit à la place Taksim, pour refouler les manifestants, dont certains agitaient des drapeaux turcs.

Des protestataires ont lancé des pierres et des pétards sur les forces de l'ordre avant de s'égailler dans les petites rues voisines. « Partout la corruption! » scandaient certains manifestants.

Le Parlement turc a adopté mercredi soir une série d'amendements dénoncés par l'opposition comme une atteinte supplémentaire à la liberté d'expression.

L'un de ces amendements permet à l'Autorité des télécommunications (TIB) de bloquer l'accès à une page dans un délai de quatre heures sans injonction judiciaire.

La législation, qui doit encore être approuvée par le président Abdullah Gül, autorise également le stockage des historiques de navigation des particuliers pendant deux ans.

Ces mesures interviennent alors que le gouvernement est éclaboussé depuis décembre par une vaste affaire de corruption qui, dit-il, est le fruit d'une conspiration de l'appareil judiciaire et policier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !