•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une statue en l’honneur du défenseur des droits linguistiques Georges Forest

Le reportage de Kim Roy-Grenier

Une maquette de la statue en hommage à Georges Forest a été dévoilée vendredi. Le monument sera érigé au plus tôt l'automne prochain, tout juste avant le 35e anniversaire du jugement Forest qui a restauré le bilinguisme au Manitoba.

La maquette de la statue de George Forest que réalisera le sculpteur franco-manitobain Miguel Joyal.La maquette de la statue de George Forest que réalisera le sculpteur franco-manitobain Miguel Joyal. Photo : Kim Roy-Grenier/Radio-Canada

L'artiste franco-manitobain Miguel Joyal sculptera dans le bronze le célèbre personnage, contravention à la main, appuyé contre un parcomètre. Le sculpteur indique avoir voulu représenter le moment où la lutte de Georges Forest pour les droits linguistiques des francophones a commencé.

Contravention en anglais contestée

En 1975, Georges Forest reçoit une contravention rédigée en anglais uniquement. Il refuse de la payer. Un an plus tard, il conteste en cour la validité de la contravention. En 1979, la Cour suprême lui donne raison et restaure le bilinguisme dans la province. Il s'agit d'un moment décisif pour la communauté franco-manitobaine.

« Avant ça, on n'avait aucune garantie. C'était au plaisir du gouvernement et c'est pour ça que cette bataille était si importante. C'est la source de tout le bilinguisme à Saint-Boniface, à Winnipeg et dans tout le Manitoba », explique l'avocat de Georges Forest, Alain Hogue.

Le comité du monument Georges-Forest à l'origine du projet souhaiterait que la statue prenne place au parc Provencher, tout près du Collège Louis-Riel. Un projet est à l'étude à la Ville pour aménager un sentier qui retracerait les luttes de Louis Riel et de Georges Forest.

Un premier comité du monument Georges-Forest avait été créé en 1994, quatre ans après la mort à 65 ans du défenseur des droits linguistiques. Le comité a renaît de ses cendres en 2012, sous l'impulsion de Marcien Ferland.

« Tout au long, il y aura des tables d'orientation qui vont raconter l'histoire de la lutte des Franco-Manitobains pour leurs droits linguistiques », explique le président du comité du monument Georges-Forest, Marcien Ferland.

Installer la statue sur l'esplanade Riel

Le fils de Georges Forest se réjouit qu'un groupe souhaite rendre hommage au combat de son père. Claude Forest croit néanmoins que la statue devrait être érigée à l'une des deux extrémités de l'esplanade Riel, symbole du projet de Louis Riel, que son père a aidé à restaurer.

« La victoire du 13 décembre a restauré le projet de Louis Riel. L'esplanade [entre Saint-Boniface et La Fourche] porte son nom. C'est propice qu'on retrouve une statue de Georges comme collaborateur de la restauration du Manitoba bilingue. Sur une place qu'on nommerait la place du 13 décembre. Plus important que de parler de lui, [c'est de] parler de l'anniversaire de la victoire en Cour suprême, de la victoire de la communauté », souligne Claude Forest.

Le comité du monument Georges-Forest indique avoir étudié cette possibilité, mais que l'autorisation, si elle était accordée, arriverait trop tardivement, en 2015.

Ses membres souhaitent que la statue soit érigée l'automne prochain, pour le 35e anniversaire du jugement, le 13 décembre 2014.

Une campagne de financement est organisée pour recueillir les 175 000 $ nécessaires au projet.

D'ici là, les curieux peuvent admirer la maquette au Centre du patrimoine.

Manitoba

Francophonie