•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prêtres pédophiles : un rapport de l'ONU éveille des échos en Acadie

Lévis LaPlante

Lévis LaPlante

Photo : François Vigneault

Radio-Canada

Une victime d'agressions sexuelles commises par un prêtre au Nouveau-Brunswick espère que le Vatican réponde positivement à un rapport de l'ONU sur les prêtres pédophiles.

Lévis LaPlante, de Tremblay, près de Petit-Rocher, a été agressé par le père Lévi Noël en 1967, il y a 47 ans. Il explique qu'il ne se sent toujours pas complètement guéri, mais que le processus se déroule bien.

Les Nations unies, dans un rapport publié mercredi, demandent au Vatican le « renvoi immédiat » de tous les ecclésiastiques coupables ou soupçonnés d'actes pédophiles et leur remise aux autorités judiciaires.

Le rapport peut être un outil qui aide le processus de guérison, estime M. LaPlante. Il espère que le Vativan va être à l'écoute et y répondre de façon positive.

Selon Lévis LaPlante, il est important de nettoyer ce qui a été fait et de repartir sur des bases positives. Cela pourrait rétablir la confiance des fidèles.

M. LaPlante demande plus de transparence et il espère que le Vatican va révéler le nom des prêtres pédophiles et dénoncer ceux qui les ont protégés.

Celui-là qui le cache est aussi coupable que celui qui l'a fait.

Lévis LaPlante, victime du père Lévi Noël

Le rapport étonne l'évêque de Bathurst

L'évêque de Bathurst, Daniel JodoinAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'évêque de Bathurst, Daniel Jodoin

Photo : François Vigneault/Radio-Canada

Daniel Jodoin, évêque de Bathurst, exprime de l'étonnement au sujet du rapport de l'ONU. Selon lui, l'Église fait déjà depuis le début des années 2000 tout ce que le rapport recommande.

Il souligne que les cas de prêtres pédophiles ne sont plus gérés localement. Tous les cas sont soumis au Vatican par souci de transparence.

« Moi si jamais, j'entends parler de quoi que ce soit, c'est immédiat, le prêtre est suspendu, on le réfère à la justice locale et moi je suis obligé d'envoyer un rapport à Rome sur ce prêtre-là », affirme Mgr Jodoin.

Mgr Jodoin ajoute que les prêtres reconnus coupables sont renvoyés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie

Société