•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts en foresterie contre le projet Woodfield à Sillery

Des experts du Centre d'étude de la forêt du Québec demandent au gouvernement Marois de reculer dans le projet Woodfield.

Des experts du Centre d'étude de la forêt du Québec demandent au gouvernement Marois de reculer dans le projet Woodfield.

Photo : Allison Van Rassel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

C'est au tour des experts en foresterie québécois de dénoncer la décision du ministère de la Culture de donner le feu vert au projet immobilier Woodfield sur le site patrimonial de Sillery.

Dans une lettre destinée à la première ministre Pauline Marois, 34 professeurs et chercheurs du Centre d'étude de la forêt du Québec manifestent « leur indignation » face à l'autorisation ministérielle.

Le promoteur du projet Woodfield souhaite construire 75 unités de condos derrière le cimetière Saint-Patrick, dans le secteur patrimonial de Sillery.

Le ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, a donné le feu vert au projet immobilier même après avoir reçu des avis défavorables du Conseil du Patrimoine culturel du Québec, rappellent les signataires.

Carte indiquant l'endroit où se situe le boisé WoodfieldAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ce boisé est situé dans le secteur patrimonial de Sillery

Jean Bousquet, professeur titulaire au Département de foresterie à l'Université Laval, soutient qu'il faut à tout prix préserver ce boisé exceptionnel. « Il y a des arbres remarquables de 200 ans et plus dans ce boisé-là. Alors, on se demande comment se fait-il encore aujourd'hui qu'on est rendu à planter des immeubles à condos dans les quelques boisés qu'ils nous restent à Québec ? »dit-il.

Le professeur ajoute qu'il s'agit d'un « très dangereux précédent » pour tous les sites patrimoniaux au Québec. « On considère que c'est vraiment une politique rétrograde d'autoriser les constructions dans ces boisés-là. C'est un manque de logique . »

Contrairement à ce que souhaite le gouvernement, disent les experts, ces arbres ne pourront en aucun cas être déplacés. 

Les experts en foresterie demandent à la première ministre Marois de surseoir à la décision gouvernementale d'autoriser le projet dans le but de préserver « ce patrimoine historique et naturel. »

La semaine dernière, la Fédération Histoire Québec (FHQ), qui regroupe plus de 250 sociétés d'histoire, a aussi tenu à dénoncer le « dangereux précédent » créé par le gouvernement en permettant la construction de condos dans ce secteur patrimonial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !