•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Décès d'une immigrante en détention : pétition pour une enquête indépendante

Des représentants du groupe No One is Illegal ont remis une pétition signée par 700 personnes à l'ASFC exigeant une enquête indépendante sur la mort de Lucia Vega Jimenez.

Des représentants du groupe No One is Illegal ont remis une pétition signée par 700 personnes à l'ASFC exigeant une enquête indépendante sur la mort de Lucia Vega Jimenez.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le groupe de défense des droits des immigrants No One is Illegal a déposé une pétition signée par 700 personnes auprès de l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) pour réclamer une enquête indépendante sur le décès de Lucia Vega Jimenez.

Cette Mexicaine de 42 ans s'est suicidée alors qu'elle était détenue par l'ASFC.

Elle a été trouvée pendue dans la douche d'une cellule de détention de l'aéroport de Vancouver le 20 décembre et est morte à l'hôpital une semaine plus tard.

La nouvelle de sa mort n'a été rendue publique qu'à la fin janvier.

Vendredi dernier, la consule générale du Mexique à Vancouver, Claudia Franco, a affirmé que son gouvernement était « en colère » face au décès de sa citoyenne et a formellement demandé à l'ASFC des informations sur les circonstances du décès.

En plus de demander une enquête indépendante, la pétition de No One is Illegal demande également une révision des conditions de détention à l'ASFC et la fin des détentions de durée indéterminée.

L'Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique (BCCLA) appuie les efforts de No One is Illegal.

« C'est inacceptable que les services frontaliers du Canada n'aient rien dit au public à propos de son décès », a déclaré Josh Patterson, directeur administratif du BCCLA.

Douglas King, de la société de défense des droits de la personne Pivot Legal Society, note que le centre de détention de ASFC est géré par une agence de sécurité privée et il déplore que celles-ci ne fassent pas l'objet d'une plus grande surveillance.

Depuis 2004, le nombre d'immigrants détenus par l'ASFC oscille entre 8832 et 14 362 par année, selon No One is Illegal.

Le reportage de Pierre Martineau

Colombie-Britannique et Yukon

Société