•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle salle d'urgence à l'Hôpital général juif

Hôpital général juif

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'Hôpital général juif a inauguré mardi matin une nouvelle salle d'urgence à la fine pointe de la technologie. L'urgence, une des plus modernes au pays, est conçue pour améliorer les soins et accélérer le mouvement des patients de façon à limiter l'attente à moins de 30 minutes. 

L'urgence de l'Hôpital général juif accueille en moyenne 230 personnes chaque jour. La nouvelle salle a été conçue pour éliminer l'attente, améliorer les soins et éviter la contagion. On y trouve 52 civières dans des chambres fermées, 5 salles de réanimation, 20 fauteuils d'évaluation rapide et 2 chambres pour les patients psychiatriques.

Le tout est réparti dans quatre unités séparées. Il n'y aura pas de grande salle d'attente pleine de gens malades, promet le chef du service de l'urgence de l'hôpital, le Dr Marc Afilalo :« (...) c'est-à-dire qu'au lieu d'avoir tous les patients qui arrivent et qui attendent pour être triés, les patients vont être vus par une infirmière spécialisée qui, en quelques secondes, va les diriger vers une des quatre aires, et c'est au niveau de ces aires de traitement qu'ils vont être pris en charge tout de suite ».

Mais le docteur Afilalo ajoute que la meilleure salle d'urgence ne pourra fonctionner de façon optimale si elle est engorgée par des patients qui ne devraient pas être là.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, est d'accord et affirme travailler là-dessus : « Il faut faire en sorte que l'urgence accueille des patients qui ont vraiment besoin de soins urgents et que ça ne soit pas un palliatif pour l'absence de ressources en clinique réseau en GMF, Il y a toute une stratégie qu'on met en place actuellement ».

La nouvelle salle d'urgence à coûté 121 millions de dollars, dont 95 millions de Québec. Le reste provient de la Fondation de l'Hôpital général juif.

D'après le reportage de Francine Plourde

Société