•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Isle-Verte : 3 autres corps retrouvés

Les travaux se poursuivent à L'Isle-Verte

Les travaux se poursuivent à L'Isle-Verte

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont retrouvé trois autres corps dans les décombres de la Résidence du Havre de L'Isle-Verte, portant le bilan à 27 morts et 5 disparus.

Les recherches ont repris samedi après avoir été interrompues la veille dans l'attente de l'obtention d'un mandat général.

Une cinquantaine de personnes, dont un électricien et un chimiste, fouillent en ce moment les restent de la résidence incendiée. Selon les indices présents sur le site, les enquêteurs pourraient avoir découvert l'origine du brasier.

« Le mandat général permet qu'un indice, qui pourrait s'avérer être un élément de preuve, soit saisi conformément à la loi et, ainsi, être admissible à la Cour si jamais des accusations étaient déposées », explique la porte-parole de la Sûreté du Québec, Anne Mathieu.

Commentaires politiques timides sur la sécurité des résidences

Par ailleurs, plusieurs politiciens ont participé à la cérémonie commémorative samedi qui a rassemblé quelque 900 personnes à l'église de L'Isle-Verte. À leur sortie de l'église, certains parmi eux ont timidement abordé l'épineuse question de la sécurité des résidences pour personnes âgées.

La moitié des résidences privées pour personnes âgées ne sont pas dotées de gicleurs, tout comme 25 des 400 centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) du Québec.

Le ministre de la Santé, Réjean Hébert, a déclaré cette semaine qu'il était urgent que les CHSLD aient des gicleurs.

Toutefois, la question devient plus controversée lorsqu'il s'agit des résidences pour personnes âgées, car la facture pour installer des gicleurs dans les établissements qui n'en sont pas dotés frôlerait les 80 millions de dollars. Le ministre Hébert refuse que les locataires en fassent les frais.

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, affirme que son parti a multiplié les demandes au cours des derniers mois auprès du gouvernement Marois relativement à la sécurité des résidences pour personnes âgées, notamment en ce qui a trait au personnel de garde de jour et de nuit. « Les gicleurs aussi, il faut y voir. Je pense que ça fait des années que nous en parlons et maintenant, nous avons, plus que jamais un devoir d'agir », a-t-il lancé à sa sortie de l'église samedi.

Pour sa part, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, voit l'absence de gicleurs comme un élément de sécurité, parmi plusieurs autres, qu'il faut évaluer. « Ce n'est pas seulement les gicleurs, c'est aussi la gestion du personnel, toute la façon dont on traite les personnes âgées. On a fait pas assez pour nos personnes âgées qui ont fondé le Québec », estime-t-il.

Il y a un an, le gouvernement a mis en place un comité chargé d'étudier la question de la sécurité de personnes âgées. Le groupe présidé par le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, ne s'est réuni qu'à deux reprises depuis, soit en février et en avril 2013.

La tragédie de L'lsle-Verte devrait accélérer les choses : la prochaine rencontre du comité est prévue pour le 6 février prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec