•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus en plus de diagnostics de TDAH chez les adultes

Radio-Canada

De plus en plus d'adultes québécois reçoivent un diagnostic de trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Leur problème a passé sous le radar alors qu'ils étaient enfants.

Un texte de Marie-Eve CousineauTwitterCourriel

Au Québec, environ 4 % de la population adulte souffre d'un trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité.

« La moitié des adultes atteints ignorent qu'ils le sont », estime le psychologue Martin Pearson. Le Trifluvien, qui vit lui-même avec un TDAH, reçoit de plus en plus de clients, particulièrement des femmes. Selon lui, le problème est encore souvent associé aux jeunes garçons.

Les mêmes symptômes chez l'enfant et l'adulte

Bien des adultes découvrent leur problème en consultant pour leurs enfants hyperactifs. « Ils se reconnaissent en eux », dit le psychiatre Martin Gignac, professeur adjoint de clinique à l'Université de Montréal. 

Les symptômes du TDAH chez l'adulte sont les mêmes que chez l'enfant: inattention; difficulté à se concentrer durant de longues périodes (pour rédiger un rapport, par exemple); procrastination, impulsivité et hyperactivité.

Pour demeurer fonctionnels, les gens atteints d'un TDAH et non-traités déploient des stratégies de compensation - prendre du café, par exemple, pour être plus attentif et se concentrer - dans leur vie personnelle et au travail. « Ils font plus d'efforts pour atteindre le même niveau », dit Martin Gignac. Cela les mène parfois à l'épuisement.

Je pensais que j'avais le mal de vivre

Martin Boisvert, atteint d'un TDAH

Marié et père de deux filles, Martin Boisvert a longtemps ignoré de quoi il souffrait. Le Trifluvien de 38 ans a reçu son diagnostic de TDAH il y a deux ans, un peu avant celui de sa fille. Il a pâti de sa condition. Il a déjà perdu un emploi d'électromécanicien en raison de son inattention.

Je faisais beaucoup d'heures. L'attention n'était pas là. Un moment donné, j'ai faite plusieurs erreurs une après l'autre.

Martin Boisvert

Depuis deux ans, Martin Boisvert prend de la médication, en plus de consulter un psychologue. Sa vie a changé. Il est parvenu à compléter son cinquième secondaire. Il a aussi lu un premier livre au complet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé