•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cimenterie de 1 G$ à Port-Daniel-Gascons

Le reportage de Martin Toulgoat
Radio-Canada

La première ministre Pauline Marois et l'homme d'affaires Laurent Beaudoin confirment la construction d'une cimenterie à Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie, un projet de 1 milliard de dollars de l'entreprise Ciment McInnis.

Québec octroie un prêt garanti de 250 millions de dollars à la société Beaudier, qui a acheté Ciment McInnis en décembre 2011. Par ailleurs, le gouvernement deviendra aussi un partenaire de la cimenterie grâce à Investissement Québec avec sa participation de 100 millions de dollars.

« L'implantation d'une cimenterie à Port-Daniel–Gascons créera des emplois durables et diversifiera l'économie de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine », a déclaré Mme Marois.

La Caisse de dépôt et placement, pour sa part, investira 100 millions de dollars en capital-actions.

Port-Daniel-GasconsPort-Daniel-Gascons

La mise en chantier de la cimenterie s'amorcera au printemps et s'étendra sur deux ans. Ciment McInnis prévoit la création de 2300 emplois au cours de la mise en chantier, ainsi que 400 emplois permanents à la mise en activités en 2016.

Un emplacement stratégique

Port-Daniel-Gascons a été choisi comme site d'implantation entre autres pour son emplacement géographique stratégique. Le site permettra l'aménagement d'un terminal maritime qui exportera vers la côte est américaine, le principal marché visé par l'entreprise.

« La situation géographique de la cimenterie et l'accès à un terminal maritime nous permettront d'être hautement concurrentiels sur les marchés de la côte est américaine et canadienne », estime Christian Gagnon, le président-directeur général de Ciment McInnis.

Selon le ministre responsable de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Gaétan Lelièvre, l'implantation d'une cimenterie à Port-Daniel-Gascons s'inscrit aussi dans une stratégie pour « donner un nouvel élan à cette région riche d'un savoir-faire industriel et d'une main-d'œuvre qualifiée ».

Prévue à l'été 2016, la mise en service de la cimenterie s'échelonnera sur cinq ans. La nouvelle cimenterie vise une capacité annuelle de 2,2 millions de tonnes de ciment.

L'annonce de la participation gouvernementale a suscité des inquiétudes entre autres de la part de l'Association canadienne de ciment, qui craint que l'implantation d'une nouvelle cimenterie compromette la survie des usines déjà existantes. Des travailleurs des usines de Ciment Québec de Saint-Basile dans Portneuf et de la Montérégie se sont d'ailleurs fait entendre devant l'Assemblée nationale vendredi.

Économie