ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Canadiens ne sont pas espionnés dans les aéroports, assure Ottawa

Des passagers à l'aéroport de Toronto

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, a tenté de minimiser vendredi la divulgation d'un document ultrasecret obtenu par CBC et selon lequel le Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CST) espionnerait les Canadiens qui utilisent les connexions wifi dans les aéroports.

« Rien dans les documents (obtenus par CBC) ne montre que les communications canadiennes ont été ciblées, recueillies ou utilisées, ni que les mouvements de voyageurs ont été suivis », a répondu le ministre à une question de l'opposition officielle à la Chambre des communes.

« Il est important de souligner qu'aucun Canadien ni voyageur n'a fait l'objet d'une filature. Aucune communication canadienne n'a été ou n'est ciblée, recueillie ou utilisée. Toutes les activités du CST sont soumises à des mesures de protection de la vie privée des Canadiens », écrit le ministère de la Défense dans un courriel adressé à Radio-Canada.

Le ministère explique que « le document classifié en question est une présentation technique élaborée par des spécialistes qui explorent différents modèles mathématiques basés sur des scénarios tirés du quotidien, afin de définir et de localiser les menaces terroristes étrangères. La divulgation non autorisée de ce savoir-faire fait en sorte que les techniques dont nous disposons risquent d'être moins efficaces contre les menaces visant le Canada et les Canadiens. »

La Défense nationale rappelle que « le CST a le mandat d'acquérir du renseignement électromagnétique étranger pour protéger le Canada et les Canadiens. Pour être en mesure de jouer ce rôle essentiel en matière de renseignement étranger pour notre pays, le CST est légalement autorisé à procéder à la collecte et à l'analyse de métadonnées. Les métadonnées sont des informations techniques qui servent à acheminer des communications. Il ne s'agit pas du contenu des communications. »

Les députés de l'opposition officielle n'ont pas été convaincus par la réponse du ministre de la Défense.

Il ne répond pas à la question précise et n'est pas en mesure de nous dire si effectivement les gens ont été sous surveillance électronique.

Françoise Boivin, porte-parole du NPD en matière de justice

« Il n'y a plus de limites technologiques »

Selon Michel Juneau-Katsuya, expert en sécurité nationale, ces révélations illustrent à quel point il y a déséquilibre entre les pouvoirs que s'arroge l'État et l'impuissance des citoyens qui sont surveillés, à leur insu.

Le gouvernement a tous les pouvoirs à l'heure actuelle et c'est un déséquilibre qui est créé parce qu'il n'y a plus de limites technologiques.

Michel Juneau-Katsuya, expert en sécurité nationale

« On trouve ici un nouveau rapport de force parce qu'à l'ère des communications, et avec la possibilité de pouvoir prendre des informations et de les révéler très rapidement à l'ensemble du public, on est en train de redéfinir la relation entre l'État, les autorités et les citoyens », affirme M. Juneau-Katsuya, en entrevue à Radio-Canada.

Il s'agit d'une menace à la démocratie, invoque-t-il, du fait que de telles pratiques menacent le respect de la vie privée.

Surveillance dans les aéroports

D'après le document ultrasecret obtenu par CBC, l'agence de surveillance électronique canadienne s'est servie du système wifi d'un aéroport, pendant deux semaines. Ainsi, sans le savoir, les Canadiens qui ont traversé le terminal ont transmis aux autorités, malgré eux, les signaux de leur téléphone intelligent et de leur portable. Des signaux qui, selon le document, ont permis au Centre de la sécurité des télécommunications Canada (CST) de suivre les voyageurs à la trace pendant plusieurs jours.

Par conséquent, les voyageurs pouvaient être repérés dès qu'ils entraient dans des endroits pourvus d'un réseau wifi, et même dans des aéroports américains.

Toujours d'après le document, le CST expérimentait ainsi un nouveau logiciel très puissant développé par l'agence canadienne et par sa contrepartie américaine, l'Agence de sécurité nationale (NSA).

Le document qui a permis de mettre au jour cette expérience est tiré des informations révélées par Edward Snowden, l'ex-technicien de la CIA qui a révélé au monde des pans d'envergure de la surveillance qu'effectuent les renseignements américains.

« On apprend de telles affaires toujours par hasard, parce qu'il y a du coulage, [...] avec WikiLeaks, avec maintenant l'affaire Snowden. On sait qu'avec les technologies qui sont de plus en plus intrusives, on va chercher de plus en plus de données. [...] Qu'est-ce qu'on fait pour éviter cette capacité de contrôle presque sans limites? », se questionne Vincent Gautrais, titulaire de la Chaire de l'Université de Montréal en droit de la sécurité et des affaires électroniques.

Ces lanceurs d'alerte, traîtres ou héros?

Société