•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une infirmière du CLSC de Chicoutimi battue lors d’une visite à domicile

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le CLSC de Chicoutimi
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une infirmière enceinte travaillant au centre de soins en santé mentale du CLSC de Chicoutimi s'est fait battre, mercredi, alors qu'elle effectuait une visite à domicile chez un patient atteint de schizophrénie.

Elle était exceptionnellement accompagnée d'un stagiaire lors de la visite au cours de laquelle elle devait s'assurer, entre autres, que le patient prenait ses médicaments et qu'il n'était pas en état de désorganisation.

Le patient refusait de prendre ses médicaments et l'infirmière aurait insisté. C'est alors qu'il se serait jeté sur elle, la rouant de coups de poing. Elle s'est retrouvée au sol et a reçu des coups de pieds dans le ventre.

Le stagiaire a réussi à maîtriser le schizophrène, mais l'infirmière a été conduite à l'hôpital. Elle a des ecchymoses et a subi un traumatisme.

L'infirmière enceinte a été retirée de son milieu de travail préventivement. Une plainte a été déposée à la police de Saguenay et une enquête est en cours.

Procédures à revoir?

Le porte-parole du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Chicoutimi, Patrice Vachon, indique que toutes les procédures seront révisées à la suite de l'incident.

Il assure toutefois que les règles ont été respectées. « Dans le cas de la grossesse, son état permettait qu'elle travaille en toute sécurité pour elle et son bébé », soutient-il.

De son côté, la présidente du Syndicat des professionnels en soins infirmiers et respiratoires du CSSS de Chicoutimi, Martine Côté, mentionne que l'infirmière n'avait pas encore obtenu de billet médical demandant son retrait préventif parce qu'elle est en début de grossesse.

Le syndicat voudrait que la règle soit révisée. « On va demander que les femmes enceintes soient retirées tout de suite », souligne Mme Côté.

Les infirmières qui visitent la clientèle éprouvant des problèmes de santé mentale à domicile doivent toujours être accompagnées.

Elles reçoivent une formation qui permet d'évaluer les situations de travail et le niveau d'alerte. Elles apprennent aussi des techniques physiques pour se protéger, des méthodes d'intervention en équipe et des façons de gérer une clientèle instable.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.