•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les monarques en péril

La migration des monarques

Photo : iStockphoto

La Presse canadienne

Rien ne va plus pour les monarques. Le nombre de papillons qui hivernent au Mexique a plongé cette année à son niveau le plus bas depuis que le phénomène a commencé à être étudié, en 1993. Les experts estiment maintenant que la migration annuelle de l'insecte entre le Canada et le Mexique est menacée de disparition.

nullAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Pointe-Pelée est un lieu de passage incontournable pour le papillon monarque

Photo : Parcs Canada

Le rapport publié par le Fonds mondial de la nature (WWF), le ministère de l'Environnement du Mexique et la Commission mexicaine des zones naturelles protégées fait porter la responsabilité du problème aux cultures génétiquement modifiées qui ont chassé l'asclépiade, une plante dont le papillon se nourrit.

Le document mentionne aussi l'étalement urbain aux États-Unis et la déforestation illégale qui dévaste l'habitat de l'insecte au Mexique.

Après un déclin important au cours des trois dernières années, les papillons ne couvraient plus cette année que 1,65 acre, soit 0,007 kilomètre carré, des forêts situées à l'ouest de Mexico, comparativement à 2,93 acres l'an dernier. Un sommet de 44,5 acres (0,18 kilomètre carré) avait été atteint en 1995.

Le déclin de la population de monarques constitue dorénavant une tendance statistique à long terme et ne peut plus être attribué à des facteurs annuels ou saisonniers, ont indiqué les experts.

Cette annonce survient dans la foulée du 20e anniversaire de la signature de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), une entente qui comprend notamment des accords environnementaux pour protéger des espèces migratoires comme le monarque.

Le saviez-vous ?

Les chenilles du monarque ainsi que les adultes ne sont pas comestibles pour les oiseaux. La plupart de ceux qui les mangent sont malades et apprennent rapidement à ne pas renouveler l'expérience.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Science