•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Assemblée annuelle des électeurs attendue à Regina

La réunion de décembre du Conseil scolaire fransaskois à Saskatoon a été le théâtre du limogeage de la présidente Elizabeth Perreault et de la démission du conseiller Yvan Lebel.

La réunion de décembre du Conseil scolaire fransaskois à Saskatoon a été le théâtre du limogeage de la présidente Elizabeth Perreault et de la démission du conseiller Yvan Lebel.

Photo : Pascale Bouchard/Radio-Canada

Radio-Canada

L'Assemblée annuelle des électeurs du Conseil scolaire fransaskois (CSF) se tiendra vendredi dès 20 h au Pavillon secondaire des Quatre-Vents à Regina.

Les parents pourront s'y déplacer ou participer aux débats par l'entremise d'une vidéoconférence diffusée dans des écoles à Lloydminster, Gravelbourg et Saskatoon.

Le CSF entend discuter de ses états financiers, des infrastructures et de la reconnaissance des conseillers sortants.

La situation financière du Conseil des écoles fransaskoises (CEF) est un sujet sensible pour certains parents, dont un collectif s'est plaint du retard de l'organisme à rendre publics ses états financiers. Ils dénoncent notamment le manque de transparence dans l'abolition de neuf postes administratifs au sein du CEF.

Selon l'article 100 de la Loi de 1995 sur l'éducation, le CEF doit convoquer une assemblée générale des électeurs francophones une fois que les états financiers ont été reçus.

Le sous-financement au menu

La Table des élus s'est penchée à huis clos le 18 janvier sur la gestion du CEF et vendredi, le CSF a rendu public le contenu de la présentation de sa présidente, Elizabeth Perreault, à cette réunion.

Le document souligne que le CSF fait face depuis une dizaine d'années à un sous-financement et que ses démarches politiques pour débloquer la situation sont restées « sans succès ».

Par conséquent, le Conseil a voulu intenter « un recours judiciaire contre le gouvernement tout en poursuivant ses tentatives de négociation ». Le recours a été mis en veilleuse puis relancé en 2011.

L'organisme note également que « des imprévus sont courants dans une année scolaire » et que le CSF n'a pas de moyens financiers en réserve. Il lui faut donc trouver des solutions pour combler ses déficits.

Dans une situation de coupes budgétaires, les choix sont difficiles, mais nécessaires  

Conseil scolaire fransaskois

Le CSF affirme avoir révisé les différents budgets des services administratifs tout en minimisant l'impact sur les élèves. Quant à l'abolition des postes en octobre, la mesure permettra au CEF de réaliser d'importantes économies cette année scolaire, ainsi que dans l'avenir.

Le plan de redressement comprend aussi la centralisation de postes clés à Regina, ce qui permet entre autres, selon le CSF, de dépenser moins en frais de déplacement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Francophonie