•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lac-Mégantic : le BST réclame des wagons plus sécuritaires

Lac-Mégantic : recommandations du BST

Photo : AP Photo/The Canadian Press, Paul Chiasson, File

Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) et le National Transportation Safety Board (NTSB) des États-Unis ont fait des recommandations visant à améliorer la sécurité du transport du pétrole brut par train.

« Dans le cadre de notre enquête sur l'accident de Lac-Mégantic, nous avons cerné trois lacunes critiques dans le réseau ferroviaire nord-américain qui doivent faire l'objet de mesures immédiates. Nous faisons trois recommandations qui demandent des normes plus rigoureuses pour les wagons-citernes de catégorie 111, la planification et l'analyse des itinéraires, et des plans d'interventions d'urgence », a dit, d'entrée de jeu, la présidente du BST, Wendy Tadros.

Les trois recommandations du BST

  • Que les normes plus rigoureuses soient appliquées pour tous les wagons-citernes de catégorie 111 et non seulement pour les nouveaux.
  • Que la planification stratégique des itinéraires et le renforcement de la sécurité de l'exploitation de tous les trains qui transportent des marchandises dangereuses au Canada soient exigés.
  • Que des plans d'intervention d'urgence soient disponibles le long des itinéraires qui servent au transport de grandes quantités d'hydrocarbures liquides et que les ressources nécessaires soient disponibles pour réduire la gravité et les conséquences d'un déversement ou d'un incendie.

« Si les chemins de fer nord-américains continuent de transporter de plus en plus de ces liquides inflammables à travers nos collectivités, il faut le faire en toute sécurité. Des changements s'imposent et il faut agir maintenant », a soutenu Mme Tadros. 

À Lac-Mégantic, le BST a constaté que, même à des vitesses plus basses, les wagons-citernes de catégorie 111 non protégés plus anciens se sont rompus, ce qui a laissé s'échapper le pétrole qui a alimenté l'incendie.

« À l'heure actuelle, les liquides inflammables tels que le pétrole brut, peu importe leur volatilité, peuvent tous être transportés dans des wagons-citernes « 111 » de service général. Le BST et le NTSB ont souligné, à maintes reprises, la vulnérabilité de ces wagons-citernes. Avec cette enquête, la preuve scientifique devient encore plus robuste. Le secteur ferroviaire entend adopter de nouvelles normes, et c'est un pas dans la bonne direction, mais un retrait progressif prolongé des wagons plus anciens ne suffit tout simplement pas. Ceci laisse encore trop de risques dans le réseau », a souligné l'administrateur en chef des opérations du BST, Jean Laporte.

« Les produits qui présentent un risque important doivent être transportés dans des contenants qui sont sécuritaires. Et le plus tôt sera le mieux. »

— Une citation de  Jean Laporte

Le BST demande aussi que les entreprises fassent une revue systémique détaillée de nombreuses variables pouvant intervenir dans le transport. « Il faut se demander, entre autres : quelle est la quantité de produits transportée? La vitesse permise sur la voie est-elle appropriée? Est-il est possible d'éviter les zones peuplées et les zones écosensibles? Nous voulons que les compagnies ferroviaires procèdent à la planification et à l'analyse de tous les itinéraires sur lesquels sont transportées toutes marchandises dangereuses », a expliqué en exemple M. Laporte.

La dernière recommandation du BST vise à faire en sorte, lorsqu'un événement malencontreux se produit, que les ressources soient disponibles pour réduire la gravité et les conséquences d'un déversement ou d'un incendie. « À Lac-Mégantic, les intervenants ont estimé qu'il aurait fallu 30 000 litres de concentré de mousse pour maîtriser l'incendie, mais une telle quantité de mousse n'était pas disponible dans les environs. On ne peut tout simplement pas s'en remettre au hasard. Il faut être prêt à intervenir, peu importe où un accident se produit. »

Augmentation constante

La quantité de pétrole brut transportée par train est en constante augmentation. En 2009, seulement 500 wagons complets de pétrole brut avaient été transportés alors qu'en 2013, on en comptait 160 000. Du côté américain, le transport du pétrole brut par train est passé de 10 800 wagons complets en 2009 à 400 000 wagons complets en 2013. Parce que les réseaux ferroviaires d'Amérique du Nord sont interconnectés, les recommandations du NTSB vont dans le même sens que celles du BST.

L'enquête sur l'accident de Lac-Mégantic se poursuit. Le BST assure que cette enquête reste une priorité pour eux, mais qu'il faudra encore plusieurs mois pour faire la lumière complète sur l'événement.

L'accident ferroviaire du 6 juillet 2013 a coûté la vie à 47 personnes et détruit une partie du centre-ville de Lac-Mégantic.

Le milieu politique réagit

En réaction aux demandes du BST, la ministre des Transports, Lisa Raitt, a soutenu que Transports Canada avait à coeur la sécurité des Canadiens. « Des représentants du Ministère sont en train d'examiner les recommandations du Bureau de la sécurité des transports. Le Ministère est déterminé à tout faire ce qui est en son pouvoir pour maintenir et même renforcer la sécurité du secteur ferroviaire au Canada. »

Mme Raitt a aussi rappelé que de nouvelles normes plus sévères s'appliquant aux wagons-citernes 111 avaient été proposées par le gouvernement fédéral en début d'année. « J'ai également demandé au Comité permanent des transports, de l'infrastructure et des collectivités d'examiner les systèmes de gestion de la sécurité du transport ferroviaire ainsi que le régime de transport des marchandises dangereuses. Transports Canada a aussi mis sur pied trois groupes de travail dirigés par l'industrie (sur la classification, l'intervention d'urgence et les contenants) pour formuler, d'ici la fin janvier, des recommandations sur des mesures de sécurité à prendre et des améliorations de sécurité à faire à court et à long termes concernant les wagons-citernes DOT-111 », a soutenu Mme Raitt. 

Ces recommandations sont extrêmement importantes aux yeux de la mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy-Laroche. Cette dernière souhaite que Transports Canada et le gouvernement du Canada mettent en application les recommandations du BST, qui pourraient éviter d'autres catastrophes comme celle de Lac-Mégantic. 

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, espère pour sa part que ces nouvelles recommandations vont accélérer les façons de faire de l'industrie, notamment en ce qui a trait à la solidité des wagons-citernes. « Il faut multiplier ces messages. Quand ça vient d'instances comme le BST, je pense que ça va accélérer les choses. J'espère que ça mettra de la pression auprès des instances gouvernementales pour resserrer, aller plus rapidement et pour forcer les compagnies à investir dans ces wagons-citernes-là. »

Pour mieux comprendre

Les experts ont créé une image tridimensionnelle de l'un des wagons de Lac-Mégantic. Comme les autres wagons en cause dans cet accident, ce wagon n'était pas muni d'une protection améliorée, comme une coque plus résistante, une enveloppe extérieure ou un bouclier protecteur. Le wagon-citerne s'est rompu à plusieurs endroits et la déformation a été catastrophique.

https://ici.radio-canada.ca/sujet/lac-megantic Consultez notre section spéciale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !