•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Régimes de retraite : le maire Labeaume brandit la menace d'une hausse de taxes

Régis Labeaume au conseil municipal de Québec
Régis Labeaume au conseil municipal de Québec
Radio-Canada

Le maire Régis Labeaume affirme que le compte de taxes des contribuables de la Ville de Québec pourrait augmenter en moyenne de 125 $ à 175 $ dès 2015, si le gouvernement ne donne pas rapidement des outils aux villes pour régler les déficits passés des caisses de retraite.

La facture dépendra de l'ampleur du déficit qui sera calculé d'ici la fin de l'année, selon ce que le maire Labeaume a affirmé, lundi soir, au conseil municipal.

Le maire Labeaume demande au gouvernement de ne pas tarder à adopter une loi tout en affirmant avoir le soutien de la population. « Je veux rappeler ceci : 74 % de la population nous a donné le mandat, à nous, l'Équipe Labeaume, de faire en sorte [...] que le déficit passé soit partagé moitié-moitié avec les employés, a-t-il soutenu. Nous avons besoin du gouvernement là-dessus, d'un engagement clair. »

Même si les syndicats et la Ville s'entendent, soutient Régis Labeaume, il faudrait tout de même un changement législatif. Si la loi proposée par la ministre du Travail ne donne pas les outils aux villes dès maintenant pour régler les déficits passés, « on se rapproche du mur », répète le maire.

« Ce déficit additionnel, on l'évalue entre 750 et 860 millions (de dollars), ça va nous coûter de 200 à 300 millions additionnels. Ce déficit-là, il faudra le taxer sur le compte de taxes 2015, a-t-il souligné. [...] Sinon, il faudra couper à peu près 50 millions dans le budget de la Ville de Québec. On peut couper, mais il y a des limites. »

Régis Labeaume estime que le gouvernement devrait déposer une loi dès de la rentrée parlementaire et non plus tard dans l'année.

Début des forums

La question des déficits des régimes de retraite sera justement débattue mardi, au début des forums convoqués par la ministre du Travail, Agnès Maltais.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, l'Union des municipalités du Québec, le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, et des représentants syndicaux, notamment, assisteront  à la rencontre à Québec.

Les maires de Québec et de Montréal vont d'ailleurs échanger mardi matin avant la rencontre officielle. La ministre du Travail, Agnès Maltais, se dit optimiste quant au déroulement des pourparlers.

« Je m'attends à beaucoup de collaboration entre les partenaires pour m'aider à écrire une loi qui va les aider à régler leurs problèmes. Moi, je propose de régler le problème en deux ans », a dit la ministre Maltais.

Des journalistes ignorés

Par ailleurs, le premier conseil municipal de l'année s'est ouvert sous le signe de la discorde à l'hôtel de ville de Québec lundi soir.

Le maire Labeaume n'a pas aimé que des journalistes se soient adressés au chef de l'opposition avant lui, et il a refusé de répondre à leurs questions. La porte de son bureau est demeurée fermée lorsque ces derniers ont voulu participer à son point de presse.

Seuls deux journalistes ont pu recueillir les propos du maire Labeaume, qui s'est contenté de dire « il est trop tard, ils ont fait leur choix. »  

C'est la première fois que le maire contourne les journalistes de la sorte.

Québec

Économie