•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès pour proxénétisme à Ottawa : une des ados écope de la peine maximale

Le palais de justice d'Ottawa.

Le palais de justice d'Ottawa.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La plus jeune des trois adolescentes accusées de faire partie d'un réseau de proxénétisme à Ottawa devra encore purger sept mois et 18 jours de détention, selon la sentence rendue lundi matin par la juge Diane Lahaie.

L'adolescente a ainsi écopé de trois ans de détention, soit la peine maximale pour traite de personne en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

Toutefois, à cette peine, il faut soustraire le temps déjà passé derrière les barreaux de façon préventive, qui compte à temps et demi.

À la fin de sa peine de prison, l'adolescente devra en outre passer 76 jours en détention ouverte.

La jeune femme, qui vient d'avoir 17 ans, était âgée de 15 ans au moment de son arrestation. Elle avait plaidé coupable, en septembre dernier, à six des 29 chefs d'accusation qui pesaient contre elle, dont trois accusations de traite de personne.

La juge Lahaie s'est dite troublée par les actes de l'accusée, mais a souligné son comportement exemplaire depuis sa détention. Elle estime que cette peine permettra à la jeune femme de se réhabiliter et de réintégrer la société.

Rappel des faits

La jeune femme a été arrêtée avec deux autres adolescentes en 2012.

Elles auraient toutes trois attiré par le biais des médias sociaux des victimes d'âge mineur, dont une de moins de 14 ans, afin de les forcer à se prostituer. Les événements se seraient déroulés entre le début du mois d'avril et le début de juin 2012.

Vendredi dernier, la juge Lahaie a reporté à plus tard la peine qu'elle devait rendre dans la cause de l'autre adolescentequi avait elle aussi plaidé coupable, en septembre dernier, à quatre des neuf chefs d'accusation contre elle.

La magistrate s'est montrée réfractaire à la proposition commune de la défense et de la Couronne, qui demandait un an de détention, estimant cette peine insuffisante.

Quant à l'adolescente accusée d'avoir dirigé le réseau, qui a plaidé non coupable à 33 chefs d'accusation, elle devrait recevoir son verdict le 29 janvier.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.