•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opération charme de Pauline Marois en Europe

Le reportage de Davide Gentile
Radio-Canada

La charte des valeurs n'inquiète pas les investisseurs étrangers, a déclaré à Londres la première ministre du Québec, Pauline Marois, qui conduit une importante mission économique de cinq jours au Royaume-Uni et en Suisse.

Ils sont intéressés par nos politiques économiques, par notre main-d'œuvre qualifiée et créative, par les politiques du gouvernement en regard du contrôle des dépenses et du déficit. Ce sont les raisons pour lesquelles les investisseurs continuent de soutenir l'économie du Québec.

Pauline Marois, première ministre du Québec

Sur la question du débat sur la laïcité, Éric Martineau-Fortin, fondateur du fonds White Star Capital, qui a quitté le Québec il y a 20 ans, affirme que les investisseurs internationaux se tiennent loin des enjeux qui s'y rattachent.

« Nous sommes un fonds d'investissement qui opère entre New York, Londres et Montréal. Ce ne sont pas des considérations qui entrent en ligne de compte pour investir », assure M. Martineau-Fortin, à la tête d'une firme de capital de risque œuvrant dans les applications mobiles, le commerce électronique et le jeu vidéo.

Pauline Marois a d'ailleurs annoncé un investissement gouvernemental de 10 millions de dollars dans le fonds White Star Capital, qui ouvrira un bureau à Montréal.

Elle a également annoncé l'implantation à Montréal de la firme britannique Cinesite, spécialisée en effets visuels pour le cinéma, qui créera au moins 200 emplois dans la métropole sur une période de quatre ans.

Son installation nécessitera des investissements de 6,7 millions de dollars. C'est un prêt de 1,2 million sans intérêts qui a permis d'attirer le studio londonien convoité par Vancouver.

Après Londres, la première ministre participera à la 44e rencontre annuelle du Forum économique mondial de Davos.

Pauline Marois voit dans cette mission une « occasion unique » de faire la promotion du Québec et de rencontrer des acteurs clés des domaines financier, économique et politique.

Le Forum économique de Davos est devenu un rendez-vous incontournable des décideurs mondiaux. Outre ses rencontres de haut niveau, la première ministre prendra part à deux ateliers, dont un sur les solutions de rechange en matière d'énergie dans le secteur des transports, sujet d'intérêt pour le Québec, qui vient de lancer sa stratégie d'électrification des transports.

Le second atelier portera sur les moyens de mieux adapter la formation au marché de l'emploi, particulièrement pour les jeunes. Mme Marois lancera le message que les incitatifs mis en place par le gouvernement dans le cadre de sa Politique économique font du Québec un lieu « particulièrement propice » à l'investissement.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique