ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau pont Champlain : Québec déçu du plan d’Ottawa

Sylvain Gaudreault, ministre des Transports, et Alexandre Cloutier, ministre délégué aux affaires intergouvernementales.

Radio-Canada

Les principaux désaccords persistent entre Québec et Ottawa au sujet de la construction du nouveau pont Champlain, un projet majeur pour la région montréalaise.

Le ministre québécois des Transports, Sylvain Gaudreault, a réitéré mercredi son opposition à un pont à péage, quelques heures après que le ministre fédéral de l'Infrastructure, Denis Lebel, ait rappelé que la nouvelle infrastructure - dont les travaux devraient s'étendre de 2015 à 2018 - sera réalisée en partenariat public-privé et qu'elle comportera un système de péage.

« Pour nous, il s'agit d'un remplacement du pont actuel, donc c'est le gouvernement fédéral qui doit assurer le financement de ce pont », a affirmé Sylvain Gaudreault.

Le ministre délégué aux Affaires intergouvernementales, Alexandre Cloutier, a pour sa part revendiqué une meilleure collaboration entre le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral, alors que le plan présenté par Ottawa aujourd'hui réserve un rôle consultatif au Québec dans le dossier de la construction du nouveau pont.

Sur un projet aussi important, où les sommes sont aussi majeures et sur un projet névralgique pour l'économie du Québec, on se serait attendu à une véritable collaboration de la part du gouvernement fédéral.

Alexandre Cloutier

Le gouvernement québécois veut aussi qu'Ottawa lui garantisse que les entreprises québécoises seront mises à profit pour la construction du pont et que l'économie québécoise pourra bénéficier des mises en chantier.

Denis Lebel, ministre fédéral des Transports du Canada

Denis Lebel, ministre fédéral des Transports du Canada

Début des travaux au printemps 2015

En point de presse, mercredi matin, le ministre Lebel a expliqué que le processus de conception et de construction du nouveau pont Champlain allait bon train et respectait toujours l'échéancier fixé, soit de livrer un nouveau pont sur le Saint-Laurent trois ans plus tôt que le prévoyait l'échéancier initial des travaux.

Les travaux de construction du nouveau pont Champlain débuteront donc à la fin du printemps 2015, et la livraison est prévue en 2018.

Le nouveau pont aura six voies pour la circulation automobile, un corridor pour un système léger sur rail ainsi qu'une piste pour les piétons et cyclistes, a indiqué le ministre Lebel.

Une demande de qualification pour le processus d'approvisionnement du projet sera diffusée dans deux mois, soit au printemps 2014.

« Ottawa étudie actuellement plusieurs modèles d'approvisionnement pour déterminer si des avantages, notamment des économies, pourraient découler d'un partenariat public-privé », peut-on lire dans un communiqué du ministère des Transports.

La conception finale du nouveau pont Champlain ne sera déterminée qu'après l'achèvement du processus d'approvisionnement.

En ce qui a trait à la construction du pont, Denis Lebel a expliqué que le processus d'appel d'offres sera bientôt lancé de façon à pouvoir commencer les travaux dès l'été 2015.

Le ministre a cependant refusé de donner davantage de précisions sur les coûts estimés du projet, qui comprend un nouveau pont sur le fleuve Saint-Laurent, un nouveau pont entre Montréal et l'île des Soeurs ainsi qu'un nouveau tronçon de 3 kilomètres de l'autoroute 15.

Selon Denis Lebel, la divulgation à ce moment de détails sur les coûts du projet compromettrait le processus d'appel d'offres, qui doit conduire au choix d'un consortium qui construira et entretiendra le pont en partenariat public-privé pour une période de 30 ans.

Les entreprises choisies et les coûts totaux du projet ne seront divulgués qu'après la signature du contrat, a précisé le ministre.

Le péage ne sera pas suffisant

En ce qui a trait au financement du pont et de son entretien, Denis Lebel maintient l'idée d'un péage, mais reconnaît que les sommes perçues ne seront pas suffisantes pour financer la construction et l'ensemble des opérations d'entretien de la structure au cours des années. C'est pourquoi Ottawa prévoit une importante contribution financière au projet, dont la somme n'a pas été précisée par M. Lebel.

Le montant qui sera demandé aux automobilistes qui emprunteront le pont ne sera quant à lui annoncé qu'après la construction du nouvel ouvrage.

Bien que plusieurs s'opposent à l'imposition d'un péage sur le nouveau pont pour en financer la construction et la gestion par le secteur privé, Ottawa ne semble pas vouloir fléchir sur cette question. Cette attitude suscite la grogne de nombreux citoyens, du gouvernement du Québec, de la Ville de Montréal et de plusieurs villes de la Rive-Sud qui refusent l'idée d'un péage sur le futur pont.

Le vieux pont toujours sécuritaire 

Photographie prise d'une barge sous le pont Champlain

Photographie prise d'une barge sous le pont Champlain

Photo : Pascal Robidas

Le directeur général de la Société des ponts Jacques-Cartier et Champlain, Glenn Carling, a quant à lui fait le point sur l'état du pont Champlain et les travaux de réfection et de consolidation de la structure en attendant le nouveau pont.

Assurant que le pont Champlain est sécuritaire et qu'aucun nouveau problème n'a été décelé sur la structure, M. Carling a expliqué que les travaux d'urgence réalisés au début de l'hiver sur une poutre fissurée se sont bien déroulés et que la superpoutre installée sur le tablier du pont pour solidifier temporairement la structure remplit pleinement son rôle. 

L'apparition de fissures dans l'une des poutres du pont à la fin de l'automne a nécessité des travaux d'urgence qui ont perturbé la circulation, déjà difficile sur le pont, au moins jusqu'à la mi-décembre.

Au printemps, une poutre d'acier permanente en treillis doit être installée sous le tabler du pont Champlain pour remplacer la poutre de béton fissurée et permettre du même coup le retrait de la superpoutre qui encombre la circulation sur le pont.

Le pont Champlain est le plus achalandé au Canada avec le passage de plus de 160 000 véhicules par jour et 58 millions de passages par année.

Vers un futur pont Champlain

Politique