•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Winnipeg veut recycler ses biosolides

Une usine de traitement des eaux usées de Winnipeg a connu des problèmes de fonctionnement début octobre, mais la Ville qui que tout est rentré dans l'ordre.

Une usine de traitement des eaux usées de Winnipeg a connu des problèmes de fonctionnement début octobre, mais la Ville qui que tout est rentré dans l'ordre.

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2014 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Winnipeg consulte sa population pour savoir que faire de ses biosolides, des matières organiques résultant du traitement des eaux usées.

Chaque année, les Winnipégois génèrent 13 000 tonnes de boue d'épuration qui se retrouvent dans un site d'enfouissement. D'ici 20 ans, on estime que cette quantité augmentera de 50 %.

« L'objectif de la Ville est de ne plus utiliser le site d'enfouissement pour ces boues », explique le directeur du service des eaux et des déchets à la Ville de Winnipeg, Duane Griffin.

Six scénarios sont proposés à la population, dont ceux de les utiliser en milieu agricole comme engrais, de les brûler et de réutiliser la chaleur, de les transformer en granule, de les composter ou encore de les utiliser pour de la restauration de site.

« On voit que dans d'autres villes et d'autres communautés à travers le monde entier, il y a des gens qui se servent de ces éléments nutritifs et les replacent dans les sols, bien entendu après les avoir compostés ou certainement traités d'une manière ou d'une autre », indique le président par intérim de l'Association du compost du Manitoba », Gérard Dubé.

Il s'attend à ce que le scénario choisit créé du mécontentement en raison des nuisances possible, mais ajoute que les nouvelles manières de procéder peuvent changer la donne.

« On peut faire des mélanges avec des matières carboniques, que ce soit des feuilles ou des copeaux de bois, et composter. Une fois que c'est composté, on a perdu toute l'odeur », précise M. Dubé.

La Ville de Winnipeg a déjà prévu 200 millions de dollars sur cinq ans pour améliorer ses pratiques, et doit présenter son plan directeur à la province en octobre prochain.

Une rencontre publique a lieu mardi soir, de 17 h 30 à 19 h 30, et mercredi de 9 h à 11 h, au Musée des enfants, à La Fourche.

Entrevue avec Céline Vaneeckhaute

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !