•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Québec envisage de faire payer les chambres selon le revenu au CHUM et au CUSM

    Le reportage de Pierre Craig

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec envisage de faire payer les patients en fonction de leurs revenus pour les chambres des nouveaux hôpitaux du CHUM et du CUSM, qui seront toutes privées. Le cabinet du ministre soutient que des patients continueront d'avoir accès à des chambres gratuites, sans donner plus de précisions.

    Un texte de François Sanche, La facture

    Ce qui a toujours été considéré comme un acquis par les Québécois pourrait donc changer lorsque la construction des nouveaux super-hôpitaux sera achevée : la gratuité universelle des hospitalisations.

    Depuis les débuts de l'assurance maladie, les séjours à l'hôpital ont toujours été sans frais. Toutefois, les usagers peuvent demander une chambre individuelle ou semi-privée, moyennant le tarif prévu par règlement. Les hôpitaux du Québec ont toujours compté sur ces « suppléments de chambres » pour arrondir leurs fins de mois. Ces revenus totalisent 60 millions de dollars par année.

    Ce montant est minime en comparaison au budget annuel des établissements de santé québécois, qui se chiffre à 15 milliards de dollars. Toutefois, le ministère de la Santé tient à cet apport des usagers.

    Or, les nouveaux hôpitaux comme le CHUM et le CUSM, à Montréal, n'offriront que des chambres individuelles. Les salles, le seul lieu offert sans frais aux patients, n'existeront plus.

    Pour éviter de perdre des revenus, le ministère envisage de changer son modèle de tarification. Il songe à faire payer les patients en fonction de leurs revenus pour ces nouvelles chambres individuelles.

    On est en train de vérifier d'autres moyens, comme on a pour les personnes dans les CHSLD. [...] On va probablement s'en aller vers une formule comme celle-là, plus en fonction des revenus des gens.

    Michel Fontaine, sous-ministre au ministère de la Santé au moment de l'entrevue et aujourd'hui directeur général par intérim du CHUM

    Les comités d'usagers opposés à l'idée

    Si jamais cette formule est retenue, elle va se heurter à une vive opposition des représentants des usagers du système de santé.

    Je vous assure qu'il va y avoir une levée de boucliers. C'est absolument inacceptable. Inacceptable.

    Pierre Blain, directeur général du Regroupement provincial des comités d'usagers

    Réaction rapide du ministère

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux n'a pas encore pris sa décision et assure qu'il n'y aura pas automatiquement de frais à payer.

    En entrevue à 24/60, le sous-ministre adjoint au ministère, Pierre Lafleur, a déclaré que différentes hypothèses seraient examinées et qu'il ne pouvait s'avancer sur l'une d'elles précisément.

    Dans un communiqué publié mardi après-midi, le ministère confirme qu'il travaille à la formation d'un comité pour se pencher sur la question de la facturation des chambres en milieu hospitalier. « Sa création est motivée par les changements qui s'opèrent depuis quelques années au sein des établissements de santé du Québec où, pour des raisons sanitaires comme la réduction des risques d'infection nosocomiale, le nombre de chambres de plus de deux personnes a tendance à diminuer, au profit d'un nombre plus élevé de chambres privées et semi-privées », dit le ministère.

    Le cabinet de Réjean Hébert ajoute que le ministère est « en réflexion sur les modalités ». Le cabinet précise qu'il continuera d'y avoir des chambres gratuites disponibles, sans donner plus de précisions.

    Rappelons que lorsque la construction de chambres individuelles avait été évoquée en 2004, le ministre de la Santé d'alors, Philippe Couillard, avait soutenu que les patients n'auraient pas à défrayer les coûts pour les chambres privées.

    Aujourd'hui, le porte-parole du Parti libéral en matière de Santé, Yves Bolduc, critique vertement le gouvernement. « C'est strictement inacceptable, dit-il. C'est un bris contre l'universalité. »

    Moi je trouve cela inacceptable de même y penser.

    Yves Bolduc

    Yves Bolduc assure qu'à sa connaissance, jamais, lorsque le parti libéral était au pouvoir, une telle option n'a été envisagée.

    Le sous-ministre adjoint au ministère de la Santé affirme que les recommandations du comité à propos de la facturation des chambres seront connues au cours de la prochaine année.

    Les deux super-hôpitaux en bref

    • Nombre de chambres individuelles : 772 au CHUM, 500 au CUSM
    • Coûts de construction prévus : près de 2 milliards pour le CHUM, 1,3 milliard pour le site Glen (2,355 milliards avec les sites de Lachine et de l'Hôpital général)
    • Date d'ouverture prévue : 2016 pour la première phase du CHUM (le centre de recherche est ouvert depuis 2013), indéterminée pour le CUSM alors qu'elle était initialement fixée en 2014.

    Santé publique

    Politique