•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore de la poussière rouge dans Limoilou

Des citoyens ont partagé ces photos sur le site Facebook «Non au nickel dans Limoilou.»
Des citoyens ont partagé ces photos sur le site Facebook «Non au nickel dans Limoilou.» Photo: Site «Non au nickel dans Limoilou»
Radio-Canada

Des résidents affirment qu'un nouvel épisode de poussière rouge est survenu au cours des derniers jours dans le quartier Limoilou à Québec.

Certains ont porté plainte au ministère de l'Environnement après avoir constaté la présence de poussière rougeâtre aux abords de leurs fenêtres et sur les balcons.

Des cas ont été rapportés entre la 1re Rue et la 14e Rue à Limoilou et jusqu'en bordure du fleuve.

À son retour de vacances, samedi dernier, Véronique Lalande, du regroupement citoyen Vigilance Port de Québec, a constaté que de la poussière rouge s'était accumulée autour des fenêtres de sa résidence.

« C'était de la poussière en grande quantité et cette fois-là c'était particulièrement important, il y avait vraiment une coloration rougeâtre. De la poussière, on a continué d'en recevoir en continu et il y en a toujours », explique Véronique Lalande, qui avait alerté les médias en 2012 au sujet de la présence de poussière rouge liée aux activités au port de Québec.

En se promenant dans son quartier, Mme Lalande dit avoir discuté avec plusieurs résidents qui ont constaté la même chose. Elle a porté plainte au ministère de l'Environnement, qui a dépêché des inspecteurs pour prélever des échantillons.

Véronique Lalande, du comité Vigilance Port de QuébecVéronique Lalande, du comité Vigilance Port de Québec

« On est vraiment découragés. De voir que pas plus tard que la semaine dernière, le Port disait qu'il fallait tourner la page et regarder vers l'avant. Nous on veut bien regarder vers l'avant, mais la situation n'est en rien réglée. »

Des mesures d'atténuation insuffisantes?

Malgré l'installation de capteurs de poussière et de canons à eau au cours des derniers mois à Arrimage Québec, où se déroulent les activités de transbordement, les citoyens sont convaincus que le problème n'est toujours pas réglé.

« On le dit depuis le début, des moyens périphériques ne pourront jamais régler le problème. Avec la nature des opérations et l'ampleur des opérations qu'il y a dans le vrac dans le port de Québec, ça va prendre, comme le ministère de l'Environnement l'a demandé, des équipements à couvert et étanches », affirme Mme Lalande.

Pour sa part, l'entreprise Arrimage Québec se dit convaincue que ce nouvel épisode n'est pas lié à ses activités dans le port de Québec puisque ses capteurs de poussière n'ont rien détecté d'anormal. 

« Nous avons vérifié les lectures de nos capteurs de poussière et il n'y a pas d'événement dans nos données », affirme la porte-parole d'Arrimage Québec, Johanne Lapointe.

Québec

Environnement