•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Charte des valeurs : Gérard Bouchard accuse le gouvernement de mentir aux Québécois

Charte: entrevue avec Gérard Bouchard
L’historien, sociologue et coprésident de la Commission d'étude sur les 
accommodements raisonnables.

Dans une lettre d'opinion publiée dans le quotidien Le Soleil, le sociologue et historien Gérard Bouchard, coprésident de la Commission Bouchard-Taylor, accuse le gouvernement québécois de verser dans le mensonge dans le but de promouvoir le projet de charte des valeurs.

M. Bouchard accuse le ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne, Bernard Drainville, de mentir aux Québécois en répétant, sans étude à l'appui, que les accommodements religieux violent les valeurs québécoises et que le gouvernement fait face à une accumulation de demandes déraisonnables.

Le gouvernement péquiste ne jure que par "le peuple", mais se comporte à son égard d'une façon très irrespectueuse en lui servant des faussetés, sachant que plusieurs citoyens ne les reconnaîtront pas.

Gérard Bouchard dans son texte d'opinion

Il estime que le ministre Drainville laisse croire que les accommodements ne sont pas balisés et qu'il y a urgence d'agir pour « mettre fin à ces dérapages ». M. Bouchard avance que les Québécois sont sensibles à ce genre de discours qui évoque « diverses formes de dépendance et d'humiliation subies dans le passé ».

Il reproche également à Mme Marois de citer en exemple le modèle d'intégration français qui est, selon lui, un retentissant échec.

M. Bouchard dénonce le parallèle effectué par le gouvernement québécois entre la charte des valeurs et la loi 101. Le péril menaçant la langue française était documenté, explique M. Bouchard, alors que celui auquel répondrait la charte ne l'est pas. Il reproche également au gouvernement de s'appuyer sur la « majorité silencieuse » qu'il oppose aux universitaires « décrochés du réel ».

On laisse s'éveiller dans une partie de la population des sentiments primaires et des peurs irraisonnées (le grand complot islamiste secrètement à l'oeuvre au Québec, la prise de contrôle de notre société par les musulmans : "ils refusent de s'intégrer", "ils nous imposent leurs valeurs", "ils ne respectent pas nos lois", "ils nous envahissent").

Gérard Bouchard

M. Bouchard reproche également au gouvernement de supprimer des droits à certains citoyens en dépit des traités internationaux auquel le Québec est assujetti. Il conclut sa charge contre le gouvernement du Parti québécois en l'accusant de « pervertir » l'héritage de René Lévesque, « si soucieux des droits et de la démocratie ». 

La charte des valeurs, un débat de société

Société